Tournai-Ath-Mouscron Celle-ci pourra accueillir une centaine de véhicules et se situera à côté du nouveau parc à conteneurs

Le ministre Di Antonio a profité de son passage à Frasnes, hier, pour confirmer le financement par le SPW d’une série de projets de nature à améliorer la mobilité, la sécurité et la propreté dans l’entité des Collines. Le point commun entre ces différents projets est qu’ils verront le jour à proximité de l’A8 et de la N60 qui va être réasphaltée sur toute sa longueur (voir ci-dessous).

Le coup d’envoi de la construction d’un nouveau parc à conteneurs est prévu début 2019. Situé le long de la route de Moustier depuis 1994, le centre de tri sélectif existant a besoin de s’étendre, chose impossible sur son site d’origine. C’est entre l’autoroute E429/A8 et la RN529, sur une parcelle de 2,5 hectares acquise par la commune, que le futur recyparc sortira de terre. Un emplacement géographique idéal que n’a pas manqué de mettre en exergue Jean-Luc Crucke. "En investissant ce terrain, ce nouvel Écoparc jouira d’une visibilité et d’une facilité d’accès qui profitera aux Frasnois mais aussi aux habitants des entités voisines", souligne le bourgmestre empêché.

Carlo Di Antonio confirme ce projet . "Actuellement, nous travaillons sur un vaste renouvellement des recyparcs en Wallonie. Si, parfois, nous pouvons nous contenter de les rénover, il arrive qu’il faille les déplacer. C’est le cas ici."

Celui de Frasnes pourra accueillir un bien plus grand volume de déchets ménagers. Des panneaux photovoltaïques seront installés, tout comme une pompe à chaleur et un système de récupération des eaux. Les travaux, dont le coût se chiffre entre 1.000.000 € et 1.500.000 €, seront du ressort de l’intercommunale Ipalle.

Sur cette même parcelle sera aménagée une aire de stationnement dédiée au covoiturage pour un montant de 600.000 €, financée là encore par le SPW. Le permis a été octroyé en novembre dernier pour permettre la création en bordure de l’A8 et du rond-point des Fourmis, à Hacquegnies, de cet écoparking qui pourra accueillir une centaine de voitures ainsi qu’une zone pour les deux-roues. "Ce type de parking doit être développé en Wallonie en sachant que la Belgique est le pays qui possède le plus faible taux de remplissage des voitures. Soit 1,3 habitant par voiture et même 1,1 en heure de pointe. À terme, nous pourrions en faire des plateformes multimobilité (Mobipunt) comme il en existe déjà en Flandre avec des arrêts de bus et des emplacements pour les vélos", précise le ministre Di Antonio.