Tournai-Ath-Mouscron Le haut du Mont-Saint-Aubert doit être requalifié et revalorisé

Le conseil communal de Tournai a approuvé lors de la dernière assemblée des élus le cahier des charges relatif à la désignation d’une équipe d’auteurs de projet pour la requalification et la revitalisation touristique du Mont-Saint-Aubert. Le projet comprend l’aménagement de l’espace derrière l’église, d’une piste VTT, de mobiliers urbains, d’une aire pour motor-homes…

Ecolo se réjouit du projet, mais se pose des questions sur le principe de co-construction. "On nous annonce le projet comme s’intégrant dans une dynamique de co-construction. Mais pour nous, ce n’est que de la poudre aux yeux. Il ne s’agit en aucun cas de co-construction avec les citoyens. Le projet présenté aux habitants suscite déjà de vives réactions, de nouveau parce qu’on a mis la charrue avant les bœufs", lance la conseillère communale Coralie Ladavid.

Du côté du CDH, la conseillère communale Monique Willocq se réjouit également des travaux, mais elle serait contre le projet présenté sur le fascicule remis lors d’une réunion publique d’information. "Je crois qu’il est temps de préciser aux Aubertins et Aubertines ainsi qu’à toutes les personnes amoureuses de ce poumon vert de Tournai que le projet ne sera pas entériné ni validé ce jour. Je signale que les travaux doivent commencer en 2019 et être terminés pour le 31 décembre 2021 pour obtenir les subsides. Je souhaite, comme d’autres, que cette revitalisation donne un plus pour le Mont, ses habitants en priorité et ensuite pour les touristes à la découverte de notre beau village."

L’échevine du Tourisme Ludivine Dedonder (PS) acquiesce. "Les habitants ont cru que l’on allait faire venir des milliers de bus de touristes, mais bien sûr que non. L’idée est de valoriser le Mont, de le rendre accueillant. Nous avons également entendu les remarques des citoyens lors de la réunion d’information. Des remarques concernant les trottoirs, la vitesse des véhicules… Elles ont été prises en compte dans le cahier des charges. Nous sommes donc inscrits dans une démarche participative."

Cette démarche participative doit se poursuivre. Elle fait même partie des critères pour la désignation des auteurs de projet.