Tournai-Ath-Mouscron En Belgique, 1300 patients sont en attente d’un organe pour guérir ou survivre. Et chaque semaine en moyenne,2 Belges décèdent faute d’un organe disponible

Personne n’est à l’abri d’un accident de la vie qui pourrait un jour vous conduire en bloc opératoire pour y subir un don d’organe. En Wallonie picarde, deux associations de sensibilisation au don d’organes ont été créées de leur vivant par deux jeunes greffés.

Ces deux personnes sont malheureusement décédées, mais les parents poursuivent aujourd’hui l’action depuis plus de douze ans. En 2015, ces deux associations ont émis le rêve de faire, pour le don d’organes, ce que l’on fait pour les grandes causes, soit une grande opération de sensibilisation et de collecte débouchant sur une émission télévisée.

Notélé a embrayé, appuyé par des clubs Rotary de la région. Mais cette année, cette action de sensibilisation, à laquelle adhère votre quotidien, dépasse le cadre de la Wallonie picarde pour toucher toute la Wallonie et Bruxelles.

Depuis le 3 mai, on sensibilise à différents niveaux au don d’organes et de sang.

Plus de 2200 personnes

Ce dimanche , plus de 2.200 personnes avaient déjà fait la promesse d’être donneur d’organes ou de sang. On le voit, le mouvement gagne du terrain. "En Belgique, chaque année, quelque 1.300 patients sont candidats à la greffe et, de ce fait, en attente de la disponibilité d’un organe. Dès lors, quelle merveilleuse idée que d’imaginer que l’on peut décider, de son vivant, de faire de son décès une opportunité de sauver des vies. Le don d’organes est sans aucun doute un magnifique geste ultime de solidarité entre les hommes", expliquent les organisateurs du Télédon.

Ici, il n’est pas question d’argent. Aucun euro n’est demandé.

"Grâce au Télédon, que l’on soit riche ou pauvre, nous pouvons donner pour l’autre", ajoutent les organisateurs.

Pour contribuer, vous pouvez passer par le site internet www.teledon.be. Ce site permet à chacun d’émettre sa volonté de devenir donneur d’organes ou de sang. Le compteur du Télédon y tourne en permanence par l’enregistrement des dons de vies.

Vous pouvez également joindre l’équipe du Télédon par téléphone au numéro gratuit 0800.35.54. Il est possible de se manifester aussi via votre commune qui est partie prenante de l’opération.

Notez que le service population de votre commune est déjà habituellement en charge de la déclaration officielle de don d’organes à faire au registre national pour y émettre votre volonté de devenir donneur.

Une émission en direct

L’opération Télédon se clora ce samedi 20, de 20 h à 22 h, par une grande émission de télévision diffusée en direct sur NoTélé et les 12 autres télévisions locales de Wallonie et de Bruxelles. Au programme : variétés, divertissement et témoignages avec des invités en plateau.

Le public pourra participer à cette grande émission se déroulant à Tournai en s’inscrivant sur le site Internet : www.teledon.be.

Attention, les places seront limitées ! "Grâce au Télédon, que l’on soit riche ou pauvre, nous pouvons donner pour l’autre. Donner mais aussi être bénéficiaire de ce formidable élan de solidarité au travers de la mise à disposition d’un organe ou d’une poche de sang. Faire pour les autres ce que l’on aimerait que l’on fasse pour nous, c’est là toute la raison d’être du Télédon qui sera au cœur de l’actualité du jusqu’au 20 mai", explique le comité organisateur.

Il n’y a pas d’âge et tout est prévu

Le don soulève parfois quelques interrogations. Notez que les limites d’âge sont de plus en plus repoussées. Aujourd’hui, il n’est plus rare de prélever certains organes chez des patients de plus de 75 ans voire plus. Voici quelques réponses aux questions que vous vous posez.

Le don d’organes peut-il être assimilé au don de corps à la science ?

"Non, léguer son corps à la science, c’est le mettre intégralement à la disposition de la médecine à des fins de recherches scientifiques ou de formation. Le don d’organes permet de sauver des vies et pas de faire de la recherche scientifique. Le donneur d’organe n’est pas mis à la disposition de la science. Les organes ou les tissus prélevés le seront uniquement à des fins de transplantation chez des individus en attente d’un organe."

Comment est restitué le corps après le prélèvement ?

"Le corps ne sera pas mutilé et sera intégralement reconstitué bénéficiant même de chirurgie esthétique, le tout par des équipes de prélèvement spécialisées, et ce, dans le respect du corps du donneur et du deuil de sa famille. Le corps est rendu à la famille dans les 24 heures."

Pourra-t-on encore se diriger vers l’incinération ?

"Oui, le don d’organes n’entrave en rien les rites funéraires quels qu’ils soient."

Combien coûte le prélèvement d’organes ?

"Les frais de prélèvement sur le donneur d’organes sont pris en charge à parts égales par les mutualités des receveurs."

Si je suis receveur, pourrais-je être donneur ?

"Oui, excepté de l’organe reçu."