Tournai-Ath-Mouscron Des mesures sont mises en place pour aider les pompiers et les ambulanciers confrontés à des interventions difficiles

Les travailleurs ont pu avancer leurs demandes dans le cadre de l’enquête sur leur bien-être au travail. S’ils soulignent l’intérêt de leur travail, la disponibilité de leurs chefs et la bonne ambiance au travail, ils veulent également plus de communication, plus de collaboration entre les services et plus de confort au travail.

Il ressort également de cette enquête que 89 % du personnel ont des difficultés avec la charge émotionnelle. "Les pompiers, les ambulanciers sont confrontés à la mort, à la souffrance, à des interventions difficiles. Ils ont de lourdes responsabilités et ils sont également confrontés à l’urgence au travail, au risque d’agressions", explique Cécile Fiévez, conseillère en prévention à la zone de secours de Wallonie picarde. "Les 11 % restants, c’est d’ailleurs probablement le personnel administratif, qui n’est pas confronté à ce que vivent les pompiers et les ambulanciers sur le terrain."

Mais à ce niveau-là, il sera difficile de changer les statistiques. "Cette charge émotionnelle, c’est lié à la fonction. Nous ne pouvons donc pas agir sur les causes, glisse Cécile Fiévez. En revanche , nous pouvons encadrer les pompiers, les ambulanciers, pour qu’ils ne soient pas trop affectés par ce qu’ils vivent."

Des mesures existent déjà pour soutenir le personnel, pour l’encadrer. "Il y a le support de l’appui psychologique pour les intervenants. C’est une structure provinciale qui aide les pompiers, les ambulanciers, les policiers qui sont confrontés à la souffrance et à la mort. Nous avons mis également en place depuis une petite année un système interne au sein de la zone. Des pompiers et des ambulanciers ont été formés pour détecter le fait que certains de leurs collègues se sentent moins bien après une intervention difficile."

La zone de secours de Wallonie picarde va également rencontrer la zone de police d’Ath dans le courant de ce mois de mai. La police athoise a récemment mis en place un projet relatif au suivi des agressions des policiers.