Athletisme

Au moins 30% des participants aux Mondiaux-2011 d'athlétisme interrogées dans le cadre d'une enquête menée à l'époque par une université allemande et une école de médecine américaine ont reconnu avoir eu recours au dopage pendant leur carrière, selon un rapport qui vient d'être rendu public.

L'université allemande de Tuebingen et l'école de médecine de Harvard aux Etats-Unis, qui ont mené cette enquête en 2011, en avaient rendu les conclusions il y a plusieurs années déjà, mais leur rapport n'a été rendu public que tout récemment pour des raisons juridiques.

L'équipe de l'université allemande précise que la publication du rapport a tardé en raison de discussions entre l'Agence mondiale antidopage (WADA), qui a demandé cette enquête, et la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) sur la manière dont il devait être publié.

Cette étude évalue qu'au moins 30% des participants aux Mondiaux-2011 interrogés ont eu recours à des produits dopants pendant leur carrière, mais laisse entendre que ce chiffre pourrait être encore supérieur.

Les résultats de cette étude ont stupéfait, dans la mesure où seulement 0,5% des tests antidopage effectués dans le cadre des Mondiaux-2011 se sont avéré positifs.

"Cela fait longtemps que j'ai demandé à ce que ce rapport soit publié", a déclaré Clemens Prokop, le président de la Fédération allemande d'athlétisme, à l'agence SID.

En matière de lutte antidopage, il n'y a qu'une philosophie: la totale transparence. Les chiffres sont clairs.

"Je connais les questions que les enquêteurs ont posées et le sérieux des données, et les résultats sont terrifiants", a commenté Clemens Prokop.

Pour l'AIU (Athletics Integrity Unit, commission d'éthique de l'IAAF) "il ne fait aucun doute que le nombre d'athlètes dopés dans l'athlétisme est significativement supérieur à celui de ceux convaincus de dopage lors de tests".