Athletisme La Belgique aussi bien que les États-Unis depuis 2008. Voici pourquoi…

Qu’on le veuille ou non, le travail de Jacques Borlée et de ses athlètes a permis au relais 4x400 m belge d’acquérir une renommée mondiale. Hormis les États-Unis, aucun autre pays ne fut de tous les rendez-vous planétaires (Jeux olympiques et Championnats du Monde), soit sept d’affilée, depuis les Jeux de Pékin. Huit donc, à présent, à Londres. Avec, pour meilleurs résultats, deux quatrièmes places au début (JO 2008) et à la fin de cette période (JO 2016). Jacques Borlée, le responsable du relais 4x400 m, nous explique les tenants et aboutissants de cette belle histoire belge.

Comment est né le projet

"Tout est parti de 2005 au COIB, quand Arnaud Ghislain gagne aux EYOF et que Jonathan termine 5e aux Mondiaux scolaires où Kevin est demi-finaliste sur 200 m. Il y avait plusieurs athlètes sous les 48 secondes et l’idée a germé à ce moment-là. Le choix de l’entraîneur date de 2007, et cela s’est joué entre Patrick Himschoot, qui est aujourd’hui mon assistant, et moi-même. Je dois dire aussi que la présence de Cédric Van Branteghem a été fondamentale : le succès de l’équipe était dépendant de lui à l’époque. Il a été un vrai capitaine, mobilisateur, en même temps qu’un exemple pour Kevin et Jo . En 2008, toutefois, j’ai dû menacer de remettre ma démission pour que Kevin et Jo puissent courir en individuel à Pékin. Ils l’ont fait et ce fut une expérience formidable. Cette confiance, cette structuration sont fondamentales. C’est ce que je cherche avec Jonathan Sacoor à présent, il doit y avoir une montée en puissance."

Un équilibre de groupe

(...)