Athletisme

En cette fin d'après-midi, à Götzis, paisible bourgade autrichienne de 10.000 habitants d'où l'on aperçoit la montagne, le soleil tape encore dur sur les vitres de l'hôtel Am Garnmarkt, qui héberge les athlètes participant à l'Hypomeeting. Assis à une table, calculette posée devant lui, Roger Lespagnard, l'entraîneur de Nafi Thiam, griffonne quelques chiffres sur une feuille de papier. Des projections, des comparaisons, des estimations. Mais aussi une inconnue : que vaut Nafi à cette période de l'année ?

© D.R.

« Difficile à dire ! » répond l'entraîneur liégeois avec un certain sens de la diplomatie. « Ses études lui prennent quand même de l'énergie et il faut voir comment son corps va réagir. Physiquement, après le travail réalisé cet hiver, après aussi un excellent Championnat d'Europe en salle dont elle est repartie avec la médaille d'or et un très bon stage en Afrique du Sud à Pâques, je sais qu'elle est au point physiquement. Mais techniquement, il faut que tout se mette bien. Or on n'a, par exemple, effectué que trois ou quatre entraînement de javelot depuis que son coude est guéri. Et encore, pas à fond ! »