Athletisme Jacques Borlée, le coach, était très satisfait du comportement de ses hommes en séries.

Faute de place disponible dans la tribune réservée aux athlètes, c’est assis en tribune de presse, presque face à la ligne d’arrivée, que Jacques Borlée a suivi les séries avec son staff. L’entraîneur du relais 4x400 m avait, bien sûr, le sourire.

Jacques Borlée, voilà une finale de plus au palmarès de votre équipe !

"Oui, c’est la douzième finale en plein air dans un grand championnat. C’est magnifique, grandiose. Quand on voit les équipes éliminées - la Jamaïque, le Botswana, les Bahamas -, c’est incroyable ! Je savais que cette série serait une finale avant la lettre et on l’a abordée comme tel. Ils se sont vraiment bien comportés tous les quatre."

Cela vous a-t-il étonné que certaines nations n’alignent pas leur équipe-type au premier tour ?

"Certains favoris ne s’attendaient peut-être pas à ce que l’on soit à un tel niveau. Ils pensent que l’Europe, ce sont des endormis mais l’Europe amène cinq équipes en finale ! C’est vraiment bien. Makwala pouvait faire trois médailles à ces Mondiaux, il n’en fait aucune. Les Championnats du Monde, c’est une concurrence incroyable."

Quelle sera la clé de cette finale du 4x400 m ?

"La clé, c’est être bien placé aux 600 m. Ici, en séries, on a perdu énormément de temps parce que Jonathan a été tabassé (sic) et a perdu facilement une seconde. C’est comme ça quand on hérite du couloir 3, une position difficile qui va revenir à la Grande-Bretagne en finale. S’ils alignent Hudson-Smith, ce sera un terrible concurrent pour nous. C’est donc loin d’être gagné, on devra rester très vigilant mais on a vraiment quelque chose à jouer, c’est très clair."

Quelle équipe allez-vous aligner en finale ?

"Le quatuor ne changera pas. L’ordre, peut-être. On va réfléchir, discuter ensemble avec les gars, afin de voir quelle est la meilleure solution."

Faudra-t-il battre le record de Belgique pour monter sur le podium ?

"Quand je vois le chrono qu’on fait ici, à midi, et la manière dont Jonathan puis Robin ont été ralentis pendant leur parcours, je me dis qu’il y a moyen de gagner encore une seconde, même davantage. J’ai l’impression qu’on sera au niveau du record de Belgique."

Ce qu’a montré Kevin vous a-t-il complètement rassuré ?

"Oui, Kevin est vraiment bien, il est dedans. Il a fait sa spéciale en passant à l’intérieur ? Oui, mais n’en parlez pas trop ! (rires) En tant qu’athlète, on a toujours tendance à regarder à droite, à s’écarter, et Kevin sait en profiter. Sur la fin, il aurait même pu aller chercher Lalonde Gordon, mais… on va attendre la finale."