Athletisme

Le relais belge 4x400m messieurs s'est qualifié pour la finale des Mondiaux d'athlétisme de Londres, la douzième consécutive lors d'un championnat international en plein air. Les Belgian Tornados ont pris la troisième place de la 2e série grâce à un temps de 2:59.47.

Le quatuor belge, composé de Dylan Borlée, Jonathan Borlée, Robin Vanderbemden et Kévin Borlée, était placé dans une 2e série très relevée avec les Etats-Unis, le Botswana, Trinité-et-Tobago et la Grande-Bretagne.

Dylan Borlée a bien entamé la course. Le deuxième relayeur, son frère Jonathan, a été un peu enfermé à la corde mais Robin Vanderbemden s'est illustré dans le troisième tour de piste. Parti en 4e position, Kévin Borlée a parachevé le travail d'équipe des 'Tornados', passant la Grande-Bretagne dans la dernière ligne droite et validant le ticket belge pour la finale.

Comme prévu, les Etats-Unis se sont imposés en 2:59.23, signant la meilleure performance de l'année. Trinité-et-Tobago a pris la deuxième place (2:59.35).

Depuis les JO de Pékin en 2008, le relais 4x400m messieurs belge a toujours été présent et finaliste sur le plan international (JO, Mondiaux, Euro). Au niveau des Jeux et des championnats du monde, seuls les Etats-Unis ont fait aussi bien.

Après une 4e place aux derniers Jeux de Rio, à 3 petits centièmes du podium, les troupes de Jacques Borlée s'aligneront donc dimanche (22h15) en finale, épreuve de clôture de cette 16e édition des Mondiaux d'athlétisme.

Dans la première série, l'Espagne s'est imposée (3:01.72) devant la Pologne (3:01.78) et Cuba (3:01.88).

La Grande-Bretagne (3:00.10) et la France (3:00.93), respectivement 4e et 5e dans la série de la Belgique, sont qualifiés au temps pour la finale.


"Une finale dans un stade incroyable, avec une atmosphère de dingue, ce sera chouette"

"Ça s'est très bien passé, tout le monde a fait son job et on réalise un très beau chrono. On était dans la série la plus difficile, je suis content de nous en sortir avec la 3e place (directement qualificative)", a jugé globalement Jonathan, chargé de se rabattre aux 600 mètres.

Il a ensuite détaillé son relais: "J'ai donné le maximum aux premiers cent mètres. On était à l'intérieur (au couloir 3), je me suis fait tout de suite enfermer, j'ai dû ralentir malheureusement." Avec pour conséquence un recul de la 4e à la 6e place. "Ce n'était pas l'idéal. Mais j'ai bien fini. Content d'être en finale. Demain c'est une autre course."

"Cela va beaucoup jouer des coudes. Ce sera à nous de nous placer et à être intelligents tactiquement", prévient Kevin Borlée.

"Quand on a vue la série, on s'est dit qu'on allait devoir y aller comme si c'était une finale. Je suis très fier de l'équipe", a précisé Dylan Borlée qui découvrait la piste où régnait "pas mal de vent, mais aussi un public génial".

Robin Vanderbemden de décrire son relais: "Quand je prends le témoin, il y a un groupe de trois qui est un peu loin de devant. Comme le coach me l'a demandé, j'ai essayé de boucher le trou aussi vite que possible en jouant sur ma vitesse. Je reviens dans la première ligne droite. Dans l'idéal j'aurais pu attaquer, mais j'ai senti que peut-être je pouvais passer mais je risquais de le payer derrière. J'ai préféré attendre la dernière ligne droite. Je savais que si je passais le témoin en quatre (4e position) avec Kevin on termine au pire en quatre (4e). Tandis que si je me fais reprendre dans le virage, on risque de manquer la finale. J'ai fait le choix le plus facile et me suis reposé sur Kevin."

Kevin Borlée justement était le point d'interrogation après la gastro-entérite dont il a été victime et qui a perturbé sa semaine. "Ce matin, je ne savais pas encore comment les jambes allaient répondre. Maintenant, je sais que cela va, j'avais les jambes encore un peu dure, et demain, je pense que cela ira encore mieux. Cela fait plaisir de disputer une nouvelle finale (la 12e consécutive en plein air dans un grand championnat). On travaille dur chaque année. Une finale de plus dans un stade incroyable, avec une atmosphère de dingue, je pense que ce sera chouette."


"Tous les quatre ont été incroyables, on a quelque chose à jouer en finale"

"C'est magnifique, grandiose", a commenté Jacques Borlée, tout sourire, après le nouvelle qualification de ses Belgian Tornados en finale du 4X400 m d'un grand championnat. Ils courront leur 5e finale consécutive en championnats du monde dimanche (22h15 belges) avec l'espoir de faire mieux que leur 4e place à Berlin en 2009. Ils ont ensuite pris la 5e place tant à Daegu, à Moscou qu'à Pékin. La surprise de ces séries fut l'élimination conjuguée de la Jamaïque, des Bahamas et du Botswana, respectivement 2e, 3e et 5e des JO de Rio l'an dernier. La Belgique avait échoué à la 4e place à 3/100e de seconde des Bahamas.

"Ces équipes ont sous-estimé le reste du plateau et n'ont pas mis leurs meilleurs éléments", a jugé Jonathan Borlée. "Ils ont cru qu'ils allaient passer les doigts dans le nez, tant mieux pour nous", s'est réjoui Kevin Borlée.

"Je savais que ce serait une finale avant la lettre et ils se sont bien comportés" s'est réjoui leur père et coach Jacques Borlée. "Ils ont été tous les quatre incroyables."

Jacques Borlée s'est réjoui de la présence en finale de cinq équipes européennes (Belgique, Grande-Bretagne, Espagne, Pologne, France) encadrées par les Etats-Unis, Trinité et Tobago et Cuba. "L'Europe se réveille. C'est vraiment bien. Ce sont les championnats du monde et il y a une concurrence incroyable."

Revenant sur la course des Tornados, il a estimé que Jonathan Borlée "a été tabassé de façon incroyable (au moment où tous les coureurs se rabattent le long de la corde). Il perd quasiment une seconde tellement il se fait taper dessus."