Athletisme

Philip Milanov s'est montré satisfait samedi après la deuxième victoire de sa carrière en Ligue de Diamant.

"C'est bien pour une de mes premières compétitions", a-t-il réagi après avoir remporté le concours de lancer du disque lors du meeting de Shanghai. Une réaction contenue et teintée d'une petite déception pour ne pas avoir atteint, à six centimètres près, le mimimum pour les Mondiaux de Londres fixé à 65m00.

C'est la deuxième fois que Milanov, vice-champion du monde 2015 et vice-champion d'Europe 2016, s'impose dans une épreuve de Ligue de diamant après Milan en 2015. Grâce à son lancer à 64,94 m, il a vaincu la concurrence du Polonais Piotr Malachowski (64,36 m), champion du monde et d'Europe, et du Suédois Daniel Stähl (64,14 m).

"La distance atteinte n'était pas parfaite mais je suis certain que la meilleure forme arrive seulement maintenant", a déclaré Milanov. "J'ai connu des hauts et des bas durant mes entraînements ces derniers mois et je suis encore à la recherche de rythme et de continuité. Pour une de mes premières compétitions, c'est bien."

Content mais pas satisfait à 100%, le lanceur de disque brugeois analyse sa prestation. "Je me sentais fort et j'ai effectué deux lancers invalidés qui, selon moi, ont franchi les 65 mètres. C'est un peu décevant de ce point de vue là."


Lavillenie se rassure à la perche, Rudisha en rodage sur 800 m

Pour sa première sortie en plein air après un hiver gâché par les blessures, le recordman du monde du saut à la perche Renaud Lavillenie s'est rassuré alors que le roi du 800 m David Rudisha a raté sa rentrée, samedi à Shanghai, lors de la 2e étape de la Ligue de diamant.

Lavillenie était quelque peu dans l'inconnue après une saison hivernale écourtée pour des pépins à la cuisse. Mais le Français peut repartir de Chine pleinement confiant pour la suite d'une année marquée par les Mondiaux de Londres (4-13 août), où il tentera de glaner le seul titre majeur qui manque à son palmarès.

Avec un bond à 5,83 m à son 1er essai, Lavillenie a dépassé ses espérances, n'étant finalement dominé que par l'Américain Sam Kendricks (5,88 m). Le Français a certes échoué à 5,88 m (2 essais) avant de jouer, en vain, le tout pour le tout à 5,93 m mais il a tout de même de quoi être satisfait. D'autant que ses deux principaux rivaux, son bourreau de Rio-2016, le Brésilien Thiago Braz, et le Canadien Shawn Barber, champion du monde en 2015, se sont eux arrêtés à 5,60 m.

David Rudisha, l'autre star de la réunion, n'a en revanche pas connu la même réussite. Le maître du 800 m n'a terminé que 4e d'une course remportée par son compatriote kenyan Kipyegon Bett.

Shanghai a vibré à l'occasion du 200 m, où l'Américain Noah Lyles a créé une petite sensation en égalant, à 19 ans, la meilleure performance mondiale de l'année du prodige sud-africain Wayde Van Niekerk (19.90).

Autre prestation notable: les 8,61 m à la longueur de Luvo Manyonga, médaillé d'argent aux JO-2016, loin devant le champion olympique Jeff Henderson (6e avec 8,03 m).

Le 110 m haies promettait également énormément avec un plateau de choix. Le vainqueur de Rio, le Jamaïcain Omar McLeod, a fait respecter la hiérarchie en s'offrant une nouvelle fois l'Espagnol Orlando Ortega, loin devant le recordman du monde Aries Merritt (6e).

A la hauteur, l'incontestable N.1 mondial, le Canadien Derek Drouin, est lui passé totalement à côté de son concours avec un zéro pointé à 2,20 m, laissant la victoire à son dauphin de Rio, le Qatari Mutaz Essa Barshim (2,33 m), qui s'octroie un doublé après son succès à domicile, la semaine dernière à Doha lors de l'ouverture de la Ligue de diamant.

Le 400 m haies n'a pas non plus souri au favori Kerron Clement, 4e d'une épreuve remportée par le vétéran américain Bershawn Jackson (34 ans).

Chez les dames, on attendait avec impatience l'affrontement royal sur 100 m entre celle qui survole le sprint, la Jamaïcaine Elaine Thompson, et l'ex-reine Veronica Campbell-Brown, âgée de 34 ans. Déjà victorieuse du 200 m à Doha, Thompson a surclassé ses adversaires avec un temps canon de 10 sec 78, Campbell-Brown ne finissant que 6e.