Athletisme

Découvrez les résultats de la dernière journée des Mondiaux d'athlétisme.

Allyson Felix a décroché une 16e médaille mondiale en allant chercher l'or avec le relais américain 4x400 m avec Quanera Hayes, Shakima Wimbley et Phyllis Francis, en 3 min 19 sec 02, dimanche soir au stade olympique de Londres.

Les Américaines ont devancé la Grande-Bretagne (3:25.00) et la Pologne (3:25.41). Felix est ainsi l'athlète la plus médaillée des Mondiaux (11 titres, 3 médailles d'argent et deux de bronze), devant les légendes du sprint Usain Bolt et Merlene Ottey (14 médailles chacun).

Les Américaines récupèrent leur bien qu'elles avaient cédé à Pékin en 2015 aux Jamaïcaines, qui n'ont pas terminé la course, après la blessure d'une de leur relayeuse.

La Jamaïque d'Usain Bolt termine les Mondiaux-2017 avec un seul titre, celui de Omar McLeod sur 110 m haies, et quatre médailles alors que Bolt n'a pris que le bronze sur 100 m et s'est blessé sur 4x100 m pour sa dernière compétition.


La Sud-Africaine Caster Semenya a remporté le titre mondial du 800 m

Elle s'est imposée en 1 min 55 sec 92/100e, dimanche soir au stade olympique de Londres.

L'athlète de 26 ans retrouve un titre qu'elle avait décroché en 2009 à Berlin et 2011 à Daegu.

La médaille d'argent est revenue à la Burundaise Francine Nyonsaba (1:55.92) et le bronze à l'Américaine Ajee Wilson (1:56.65).

Egalement double championne olympique du double tour de piste (2012/2016) et médaillée de bronze sur 1500 m à Londres, Semenya a fait la différence dans la ligne droite.

La Kényane Margaret Wambui a pris la 4e place (1:57:54) à l'issue d'une course dont les valeurs étaient bien connues.


Le Kényan Elijah Manangoi sacré sur 1.500 m en battant Kiprop

Le Kényan Elijah Manangoi a remporté le titre mondial sur 1.500 m en 3 min 33 sec 61/100e, battant le triple tenant du titre, son compatriote Absel Kiprop, seulement 9e de la course (3:37.24), dimanche soir au stade olympique de Londres.

Manangoi était arrivé à Londres avec la meilleure performance mondiale de l'année (3:28.80). La médaille d'argent est revenue au Kényan Timothy Cheruiyot (3:33.99) et le bronze au Norvégien Filip Ingegrigtsen (3:34.53).


Le Qatari Mutaz Barshim sacré à la hauteur

Le Qatari Mutaz Barshim, meilleur performeur mondial de l'année (2,38 m), a remporté le titre de champion du monde du saut en hauteur, effaçant la barre à 2,35 m à son premier essai, dimanche soir au stade olympique de Londres.

Barshim a devancé le Russe sous drapeau neutre Danil Lysenko, qui a effacé 2,32 m à son premier essai, avant trois échecs à 2,35m. Le Syrien Majd Eddin Ghazal avec un saut à 2,29 m offre la première médaille chez les messieurs à son pays, en bronze.

Nettement supérieur et à son premier grand succès en plein air, Barshim a franchi toutes ses barres au 1er essai, échouant néanmoins à 2,40 m.

Le concours a été le plus faible de l'histoire des Mondiaux, ce qui était attendu au vu des performances de la saison.

Ghazal, qui vit encore dans son pays en guerrre, avait pressenti qu'une barre à 2,29 m pouvait suffire à le faire entrer dans l'histoire.


La Croate Sandra Perkovic sacrée au disque

La Croate Sandra Perkovic, double championne olympique en titre (2012 et 2016), a remporté un deuxième titre de championne du monde du lancer du disque après 2013, avec un jet à 70,31 m, dimanche soir au stade olympique de Londres.

Perkovic a devancé l'Australienne Ajee Wilson, qui a battu le record national avec 69,64 m, alors que le bronze est revenu à la Française Mélina Robert-Michon, vice-championne olympique 2016 à Rio et mondiale 2013 à Moscou, qui a lancé à 66,21 m, à 52 centimètres de son record de France.

La lanceuse de Zagreb, âgé de 27 ans, confirme sa mainmise sur la discipline. Elle apporte le premier titre aux Mondiaux-2017 à la Croatie.

Elle avait été battue en 2015 à Pékin par la Cubaine Denia Caballero, seulement 5e dimanche à Londres, avec un jet à 64,37 m, une place derrière l'autre Cubaine de la finale, Yaime Pérez (64,82 m).


La Kényane Hellen Obiri sacrée sur 5.000 m

La Kényane Hellen Obiri, meilleure performeuse mondiale de l'année (14:26.83), a remporté le titre mondial du 5.000 m en 14 min 34 sec 86/100e, devant l'Ethiopienne Almaz Ayana (14:40.35), dimanche soir au stade olympique de Londres.

Obiri, qui a décroché à 27 ans sa première médaille d'or dans un grand championnat sur piste en plein air, a empêché Almaz (25 ans), sacrée sur 10.000 en début de championnat, de réaliser son premier doublé 5.000/10.000 m.

La médaille de bronze est revenue à la Néerlandaise d'origine éthiopienne Sifan Hassan (14:42.73).

Tenante du titre, Ayana a longtemps mené mais Obiri, dans sa foulée, l'a déposée dans le dernier tour.

Blessée, Ayana, championne olympique du 10.000 m à Rio en améliorant le record du monde (29:17.45), n'avait pas disputé de course cette saison avant les Mondiaux.


Le Français Yohann Diniz sacré sur 50 km marche

Le Français Yohann Diniz, triple champion d'Europe (2006, 2010, 2014) et détenteur du record du monde (3h32:33.), a décroché son premier titre de champion du monde sur 50 km marche, en 3 h 33 min 11 sec, dimanche dans les rues de Londres.

A 39 ans, Diniz a devancé les Japonais Hirooki Arai en argent (3 h 41:17.) et Kai Kobayashi en bronze (3h41:19.), dans une course sans le champion olympique, le Slovaque Matej Toth suspendu provisoirement car suspecté de dopage.

Diniz a amélioré le record des Championnats du monde du Polonais Robert Korzeniowski réalisé à Paris en 2003 (3 h 36:03.). Il apporte à la marche française son premier titre planétaire, Mondiaux et jeux Olympiques confondus.

Comme à son habitude, Diniz est parti en tête très tôt juste après le 5e kilomètre pour se construire une avance qui a monté au-dessus de 3 minutes, sur un rythme proche de son record du monde.

Averti une première fois (après trois avertissements, c'est la disqualification) peu avant la mi-course, il a ensuite quelque peu diminué son allure, maintenant plus de trois minutes d'avance sur ses concurrents, avant d'accélérer à nouveau.

Sur le Mall londonien devant Buckingham Palace, Diniz s'est imposé pratiquement un an jour pour jour après sa désillusion aux JO-2016 à Rio.

Parti seul dans la chaleur carioca et largement en tête mi-course, il avait ensuite connu un vrai chemin de croix. Souffrant de troubles intestinaux sévères et pris de malaises, le Champenois s'était écroulé mais s'était relevé pour terminer finalement huitième.

Record du monde et titre mondial pour la Portugaise Inês Henriques

La Portugaise Ines Henriques a remporté dimanche le premier 50 km marche femmes de l'histoire des Mondiaux, en battant son propre record du monde en 4 h 05 min 56 sec, dimanche dans les rues de Londres.

La native de Rio Maior, âgée de 37 ans, devance les Chinoises Yin Hang et Yang Shuqing. Elle a battu sa précédente meilleure marque de plus de deux minutes (4h08:26.) qu'elle avait établie en janvier.

Henriques a assumé son statut de grande favorite sous le soleil anglais, en faisant la course en tête depuis le départ.

Elle est parvenue à semer sa dauphine dans la seconde moitié de l'épreuve, même si Yin Hang n'a rien lâché. Avec un chrono de 4 h 08 min 58 sec, la Chinoise a pulvérisé son record personnel de 14 minutes.

Henriques remporte sa première médaille majeure, elle qui s'alignait jusqu'ici sur le 20 km dans les grandes compétitions. Elle avait terminé 12e aux Jeux de Rio en 2016.

Alors que le 50 km masculin est inscrit au programme des Mondiaux depuis la première édition en 1983, sa version féminine, absente des Jeux, a fait sa première apparition à Londres.


La Chinoise Jiayu Yang championne du monde du 20 km marche

La Chinoise Jiayu Yang a remporté, à 21 ans, le Championnat du monde du 20 km marche, dimanche dans les rues de Londres, avec un temps de 1h26:18, le troisième meilleur chrono de l'année.

En l'absence de sa compatriote Hong Liu, championne du monde et olympique en titre, elle a devancé d'une petite seconde la Mexicaine Maria Guadalupe Gonzalez (1h26:19).

L'Italienne Antonella Palmisano a pris la troisième place en 1h26:36.


Le Colombien Eider Arevalo sacré sur 20 km marche

Le Colombien Eider Arevalo, 24 ans, a remporté le titre de champion du monde du 20 km marche, dimanche lors de la dernière journée des Mondiaux-2017 d'athlétisme à Londres, en 1 h 18 min 53 sec.

Arevalo a devancé le Russe sous drapeau neutre, Sergueï Shirobokov (18 ans), d'une seconde. La médaille de bronze est revenue au Brésilien Caio Bonfim (1h19:18).

Le Sud-Africain Lebogang Shange, auteur d'une impressionnante remontée et au contact de Shirobokov et Arevalo dans les deux derniers kilomètres, a finalement craqué sur la fin, pour échouer à la 4e place, à 14 secondes du podium.

Arevalo succède à l'Espagnol Miguel Angel Lopez sacré il y a deux ans à Pékin et 10e (1h19:57) dans les rues de Londres sur le Mall devant Buckingham Palace.