Athletisme

Thomas Van der Plaetsen a décidé d'abandonner vendredi soir avant la fin de la première journée du décathlon des Mondiaux de Londres. Il a pris sa décision à l'issue du saut en hauteur, la 4e et avant-dernière épreuve du jour. Il occupait à ce moment-là la 28e place du classement avec 3.055 points.

Son abandon ne constituait pas une réelle surprise au vu de ses performances successives. Le Gantois avait prévenu avant la compétition que son genou lui posait des problèmes. Plus surprenant fut d'apprendre que ce n'est pas le genou gauche, qui l'avait écarté des stades en début d'année, mais le genou droit qui est à l'origine de sa décision.

"Le 100 m s'est bien passé (11.35 meilleur chrono de la saison égalé)", a commencé par expliquer Thomas Van der Plaetsen. "Mais à mon premier essai à la longueur, sur mon premier appel j'ai senti quelque chose dans mon genou droit. Il est devenu ensuite de plus en plus raide."

Les performances s'en sont ressenties: 7m07 à son 3e essai après deux marques nulles à la longueur; 13m03 au poids et ensuite 1m96 à la hauteur, une discipline où son record se situe à 2m17. Vu les circonstances, il n'était pas raisonnable de continuer.

"On va passer des examens, des scanners, pour voir si le ménisque n'est pas touché. Il ne faut pas prendre de risques inutiles", a ajouté le champion d'Europe.

L'origine du mal remonte en réalité aux championnats de Belgique le 2 juillet à Bruxelles. "Je suis mal retombé lors d'un essai au saut à la perche. Il y a des choses que je contrôle pas."

"Ce n'est pas agréable bien sûr d'abandonner. J'ai tout fait pour être présent aux championnats du monde. J'ai travaillé très dur. J'avais les qualités pour faire un beau décathlon. Ce sont au final des petites choses qui m'ont empêché de le faire. Comme on dit 'il n'y a pas eu retour sur investissement'. C'est dommage."

Le genou gauche "qui ne m'a posé de problème aujourd'hui" a souligné Van der Plaetsen, avait été vilainement coupé en novembre lors d'une chute accidentelle contre un miroir. La plaie avait mis plusieurs mois à cicatriser. Elle était à l'origine de son forfait peu avant l'Euro en salle de Belgrade au mois de mars et à son début de saison estivale perturbé. Il n'avait pas réussi à termine un seul décathlon en 2017.

Lors de ses trois précédents championnats du monde, Thomas Van der Plaetsen avait successivement terminé 13e à Deagu en 2011 (8.069 pts), 15e à Moscou en 2013 (8.255) et 14e à Pékin en 2015 (8.035).

La compétition continue, sans lui, avec le 400m vendredi soir. Samedi, les cinq autres épreuves seront successivement le 110 m haies, le lancer du disque, le saut à la perche, le lancer du javelot et le 1500 m.

Fortunes diverses pour Berings et Zagré sur le 100 mètres haies.

Eline Berings n'est pas parvenue à se hisser en demi-finales du 100m haies, vendredi aux Mondiaux d'athlétisme à Londres.

Berings, 31 ans, était engagée dans la quatrième des cinq séries du 100m haies, où les quatre premières places étaient qualificatives pour les demies. La Belge a terminé 7e, signant un chrono de 13.35, loin de son meilleur temps de la saison (13.02). La série a été remportée par l'Australienne Sally Pearson (12.72).

Dans la première série, Anne Zagré a signé le 4e temps (12.97), se qualifiant pour les demies de vendredi soir. Placée au couloir 9, la Belge a terminé dernière de sa demi-finale avec un chrono de 13.34 secondes, et n'ira donc pas plus loin dans ces mondiaux. "Je n'ai aucune idée, je suis incapable de vous dire (ce qui s'est passé)".

Anne Zagré devait terminer parmi les deux premières de sa série ou à défaut réussir un des deux meilleurs temps des 18 concurrentes non qualifiées à la place. Son meilleur temps de la saison reste de 12.96 secondes. Sa course a été remportée par l'Australienne Sally Pearson, ancienne championne du monde (2011) et olympique (2012 à Londres), en 12.53, c'est le meilleur chrono des demi-finales.

La championne de Belgique et détentrice du record national (12.71) en termine à la 24e place.

"Je ne comprends pas, c'était le trou noir"

"Je n'ai aucune idée, je suis incapable de vous dire (ce qui s'est passé)". Anne Zagré affichait un mélange d'incompréhension et d'incrédulité à l'issue de sa demi-finale du 100 m haies complètement manquée, vendredi soir aux Mondiaux d'athlétisme de Londres.

Huitième et dernière de la première des trois courses à la finale, la Bruxelloise a affiché un temps de 13.34 (vent: +0,5m/s) à l'arrivée. Très loin de son chrono du matin (12.97) réalisé pourtant avec un vent contraire (-1,4 m/s).

Son départ n'a pourtant pas été mauvais avec le 3e meilleur temps de réaction (0.139 seconde). La suite a été très décousue après avoir accroché les 4e et 6e haies.

"Je sais que très vite je n'étais plus dans le coup. Vu l'état de mes genoux, j'ai dû taper quelques haies. Je ne sais pas si c'est la première, la deuxième... C'est un trou noir."

"Cela m'est déjà arrivé deux fois cette saison. C'est comme si je ne contrôlais plus rien. Je ne sais pas si c'est le stress. Je n'étais pourtant pas stressée. Mais avant que cela n'arrive, je n'étais déjà plus dedans. J'ai continué pour ne pas abandonner la course."

"Je me sentais bien. A l'échauffement j'étais hyper-bien, j'étais vraiment contente. Je ne comprends pas."