Basket

Découvrez tous les résultats de la 13e journée de championnat de Belgique de basket.


Ostende 83 - 63 Charleroi

Charleroi n’a pas pu interrompre la série du BCO mais il a pu le titiller (par séquences seulement).

Quelques sifflets et très peu d’applaudissements : le retour de Rasko Katic n’avait déchaîné ni les passions ni l’enthousiasme. Rien en comparaison du tsunami offensif causé dès les premières minutes par les champions et qui provoquera le tumulte au Versluys Dome.

Contraint à la course poursuite dès le premier quart, le Spirou y laissera une bonne part d’énergie. C’est pourtant de la robuste carcasse du bûcheron serbe que venait la seule réplique à peu près valable lors des premières minutes. Katic avait contraint Jekiri à la faute et marqué le seul panier des siens malmenés dès les premiers échanges (15-2; 4e).

En plus de subir les foudres arbitrales avec cinq fautes défensives atteintes en 200 secondes, le Spirou s’avérait incapable de construire ses attaques. Celles des Côtiers portaient le sceau collectif du champion avec sept passes décisives en à peine dix minutes.

La marque prenait vite des proportions compliquées car les ailiers ostendais s’étaient régalés à distance avec un 5/6 derrière l’arc. À la suite d’un dunk de Jagodic fixant 28-10 (11e) et alors qu’on craignait la répétition d’un scénario à la montoise pour les Hennuyers (Mons-Hainaut avait été étrillé 106-48 au même endroit début décembre), l’adresse de Libert (3x3) et l’énergique Tuttle remirent du piquant dans la rencontre.

Le Spirou avait échappé à la correctionnelle mais restait tout de même à distance respectable. Un état pas au goût du duo Katic - Thomas qui retroussait ses manches et solidifiait les fondations défensives carolos. De 14 à la mi-temps (44-30), l’écart fondit à huit unités (57-49; 30e). Le Spirou commit alors l’erreur de vouloir concurrencer le BCO aux 6,75 m.

Moins précis et trop désordonné, il subit alors la réplique de Djordjevic et Salumu (10 fautes provoquées) : 83-63.

Fiche du match:

Ostende : 25/54 (15x3), 18/27 LF, 37 reb., 17 ass., 21 ftes. Lambrecht 0-2, Lasisi -, Schwartz (-), Mwema 6-0, SALUMU 10-8, Myers 3-7, Djordjevic 0-12, Jagodic Kuridza 3-, KESTELOOT 2-0, JEKIRI 2-0, FIELER 9-7, MIHAILOVIC 9-0.

Charleroi : 24/67 (7x3), 8/12 LF, 37 reb., 11 ass., 29 ftes. LIBERT 9-2, Fusek (-), Iarochevitch 0-2, Delalic -, Marnegrave 1-4, TUTTLE 9-6, THOMAS 0-12, GIBBS 0-1, Gorgemans 2-0, KATIC 2-6, Grant 7-0, Demirtas (-).

Arbitres : MM. Denis, Jacobs, Vanderheyden.


Mons 80 - 78 Alost

La partie fut extrêmement serrée mais les Montois ont sauvé l’honneur du basket francophone.

Victoire étriquée mais victoire tout de même pour des Renards qui ont mené durant la quasi totalité du match. Face à des Alostois très accrocheurs, les Montois ont donné des sueurs froides à leur coach et à leur public pendant toute la fin de match.

Les débats avaient directement tourné à l’avantage des locaux. Emmenés par un Jones des grands soirs et un Cage très affûté, les hommes de Daniel Goethals creusaient rapidement un premier écart d’une dizaine de points. L’excellente défense maintenait même les Okapis, privés de Troisfontaines (malade), à 9 points après dix minutes de jeu (20-9). Mention spéciale pour la défense de Love et François sur Tofi (2 pts à la pause).

La bonne lancée montoise se poursuivait encore quelques minutes avec la réussite insolente à deux points du trio Jones (5/5 après 20 min), Demps (3/3), Lasisi (2/2) pour porter l’écart à treize unités (18e : 36-23). Mais Alost se reprenait au meilleur des moments avec un 0-8 avant la pause (36-31).

Si Demps et Green avaient tous les deux la main chaude dans le troisième quart-temps, Geukens n’était pas en reste pour les visiteurs. L’ailier belge arrosait depuis la ligne des trois points pour garer ses couleurs dans le match (27e : 48-45). De quoi offrir une fin de rencontre alléchante.

Les hommes de Jean-Marc Jaumin remettaient d’abord les compteurs à zéro sur un panier d’Amis (31e : 56-56) avant de prendre les commandes à 64-65 (36e). Mais les Renards repassaient encore devant à 71-70 grâce aux lancers-francs. Il restait alors deux minutes à négocier. Moment choisi par Jones et Cage pour faire la différence (75-70). Taylor répliquait encore par deux fois mais Tiby et Green terminaient le boulot aux lancers-francs, malgré le stress général.

L’année 2017 se clôture donc par deux succès consécutifs et une belle troisième place.

© Bauweraerts

Fiche du match:

Mons : 29 sur 49 (3x3); 19 lf sur 23; 28 rbds; 17 pd; 20 fp. GREEN 6-15, JONES 11-5, Lemaire, Tiby 0-2, CAGE 5-5, Demps 6-10, Houdart (-), Mortant (-), LOVE 2-2, François 2-2, LASISI 4-3.

Alost : 27 sur 57 (5x3); 19 lf sur 22; 24 rbds; 16 pd; 22 fp. CHANNELS 8-8, TAYLOR 2-11, AMIS 3-2, Hemeleers 2-0, TOFI 2-7, Beaujean (-), Gesquiere (-), Geukens 7-9, Kohajda 0-2, DUNHAM 3-5, Charbascz 4-4.

Arbitres : MM. Krehic, Van Hoye et Renaville.

Quarts : 20-9, 16-22, 20-23 et 24-24.


Willebroek 85 - 83 Liège

Aux commandes durant 39 minutes, les Principautaires ont raté la montre.

En débarquant à Willebroek, qui plus est privés de Larson (cheville), les Liégeois n’avaient pas le choix. Face à la taille et à la verticalité locale, il s’agissait d’emballer la partie et de faire preuve d’une grosse adresse, seule manière d’éventuellement éviter un massacre sous les anneaux.

Ce scénario, les hommes de Laurent Costantiello parvenaient à y coller pendant un quart d’heure grâce essentiellement à la paire Bojovic-Deroover au four et au moulin. Durant ce laps de temps ponctué d’un 28-42, les Principautaires, bien que laminés sous les anneaux (22 rbds à 11 au repos), jouaient crânement leur chance même si Badji tenait quasi à lui seul la boutique locale (10e : 19-30).

Mais la rencontre changeait d’âme quand les visiteurs commençaient à perdre leur belle adresse. Sur les balles ainsi récupérées, Badji, toujours lui, s’en donnait à cœur joie au gré des caviars dont il était gavé. De quoi ramener les siens à 43-44 au gré d’un 13-0. Les Kangoeroes allaient-ils bondir vers le succès ?

Pas de suite puisque Liège reprenait l’avance au gré d’un bel effort collectif. Les Anversois jouaient au yo-yo jusqu’à 28 secondes du terme quand McNeaill, d’un triple, leur donnait l’avance pour la première fois (84-83).

Liège bénéficiait des deux possessions suivantes mais les galvaudait avant qu’El Khounchar ne fixe le score et n’entérine le hold-up local.

© Photonews

Fiche du match:

Willebroek : 34 sur 64 (9x3); 8 lf sur 11; 34 Rbds, 23 Ast, 19 fp; Joueurs sortis : Mwendanga -, CHEATHAM 0-9, Vanthournout 0-0, EL KHOUNCHAR 4-6, OVENEKE 0-0, Vucic 0-2, Bogaerts -, Moris -, BADJI 21-5, McNEAILL 6-12, Creppy 6-2, Sapp 6-6.

Liège : 1 sur 68 (11x3); 10 lf sur 12; 29 Rbds, 7 Ast, 16 fp; Joueurs sortis : Deroover 15-8, HARRIS 0-6, MONTGOMERY 0-4, HAZARD 0-4, Nzisabira -, CEBASEK 4-5, Larson -, L’Hoest 5-2, Penninck 6-1, BOJOVIC 14-9.


Brussels 63 - 78 Anvers

La fin d’année 2017 a été très compliquée pour le club bruxellois.

Les fêtes de fin d’année n’auront pas réservé de cadeau au Brussels qui boucle 2017 en position très délicate. Finaliste des playoffs il y a quelques mois, le club bruxellois n’a récolté que deux petits succès en championnat en cette première partie de saison et lutte désormais pour sortir du bas de tableau.

On a encore pu vérifier ce mardi face à Anvers que le Brussels n’était plus en mesure actuellement de rivaliser avec les plus grosses cylindrées de la compétition. Malgré les 17 points de Mike Smith qui, lui, n’a pas manqué ses retrouvailles avec les Giants, les troupes de Laurent Monier n’ont fait illusion que durant un quart-temps avant de voir le collectif anversois prendre définitivement le dessus malgré vingt pertes de balle accumulées durant le match.

Mais les erreurs qui se payaient cash sur le parquet bruxellois la saison dernière ne portent plus autant à conséquence pour les adversaires débarquant dans la salle de Neder désormais. Le Brussels ne parvient pas à porter ses coups comme il le faisait il y a quelques mois. Le pourcentage de réussite derrière l’arc des trois points en est l’une des meilleures preuves. La fluidité collective manque encore à ce groupe pour regarder vers le haut.

Dans ce contexte, on ne peut donc pas dire que la petite trêve de fin d’année tombe bien. À partir de la reprise, les Bruxellois vont simplement s’attacher à assurer une place en playoffs dont ils paraissent encore loin en l’état actuel des choses. De plus, la pression risque donc de s’accentuer petit à petit au fil des semaines si le niveau de jeu ne s’élève pas rapidement…

Fiche du match:

Brussels : 23 sur 57 (5x3); 12 lfs sur 18; 28 rbs; 15 ass; 18 ftes.

PETERSON 10, SMITH 17, BOSCO 5, MUYA 6, SIMMONS 9, Lichodzijewski, Loubry 3, Peciukevicius 8, Depuydt 0, J. Foerts 0, Harrell 5, N. Foerts.

Anvers : 27 sur 59 (15x3); 9 lfs sur 9; 32 rbs; 20 ass; 22 ftes.

CLARK 6, VANWIJN 0, LEE 14, MOSES 12, DUDZINSKI 11, Kalinoski 20, Donkor 9, Schoepen 0, Bako 6, Akyazili 0, Vervoort 0, Rogiers 0.

Arbitres : MM. Neeskens, Dehondt, Delestree.

Quarts : 16-18, 14-21, 9-19, 24-20.