Basket Les Bruxellois terminent à la deuxième place, derrière Bonn, après un tournoi de bonne facture et de qualité


Vendredi et samedi, la salle de Neder-over-Heembeek a vibré au rythme du désormais traditionnel tournoi européen du Brussels. Au menu, quatre équipes: Ljubljana (Slovénie), Bonn (Allemagne), Ostende et bien évidemment le Brussels. Au niveau des résultats, vendredi, Bonn s'est imposé d'un petit point face à Ostende (91-90) alors que dans le même temps, les locaux s'imposaient face aux Slovènes de Ljubljana (81-80). La petite finale de samedi entre Ostende et Ljubljana a également été très serrée mais ce sont les Slovènes qui se sont imposés (77-72) face au septuple champion de Belgique. En finale, après avoir mené toute la rencontre, le Brussels s'est finalement incliné après un dernier quart catastrophique (70-74).

Ce sont donc les Allemands qui remportent ce tournoi européen, suivi du Brussels, de Ljubljana et d'Ostende. Mais bien évidemment, le résultat n'était pas le facteur le plus important de ce week-end comme l'explique Serge Crevecoeur, de retour chez lui au Brussels. "C'était très intéressant surtout à propos du niveau auquel nous avons été capables de jouer, note le technicien bruxellois. On a été capable de faire de gros écarts face à de bonnes formations tout en jouant très bien en défense." Quant au "problème" de régularité, surtout dans le dernier quart, pas de quoi s'inquiéter côté bruxellois. "Face à Ljubljana, on a été en difficulté mais face à Bonn, ce sont surtout les Allemands qui ont mis la surmultipliée en défense et je ne pense pas que beaucoup d'équipes en Belgique sont capables de jouer à ce niveau en défense."

L'autre bonne nouvelle du tournoi, c'est la belle exposition de Niels Foerts, le jeune meneur bruxellois auteur d'un excellent match face à Bonn notamment. "On l'avait déjà vu et je ne suis pas du tout surpris par ses prestations, continue Serge Crevecoeur. Je suis très fier de ce qu'il a fait et très content pour lui avant tout." Une belle surprise qui pourrait faire du bien en distribution pour les joueurs de la capitale qui sont toujours privés d'Augustas Peciukevicius, qui souffre de douleurs au niveau de son oreille interne.

Le petit point négatif du tournoi, c'est la faible affluence. Pour la finale, face à Bonn, il n'y avait pas plus de 200 personnes dans la salle alors qu'il s'agissait pourtant d'une grosse écurie allemande. "C'est vrai qu'il n'y a jamais beaucoup de monde pourtant, on n'a que des équipes qui jouent en Champions League. Par contre, je suis content car on a mis en place le nouveau système de ticketing et on a déjà pu corriger quelques erreurs. Quant à l'organisation qui se met en place autour du club, elle est aussi très bonne et c'est une belle satisfaction", conclut Serge Crevecoeur.