Basket

Steinberga, Mayombo et Carpreaux reviennent au bercail; le club jouera en EuroLeague.

Les Castors Braine, récents auteurs du doublé Coupe-Championnat, ont annoncé ce vendredi l'équipe avec laquelle ils comptent briller sur les trois scènes l'an prochain. L'information principale est l'inscription de la formation brabançonne en EuroLeague, même s'il n'est pas encore acquis que l'équipe puisse jouer ses matchs dans la salle André Renauld. Le club attend une confirmation de la FIBA au sujet de l'homologation d'ici la fin du mois.

Et puisqu'il est question d'une infrastructure, les Castors ont un accord avec un promoteur immobilier au sujet d'un terrain situé près de la route de Piraumont (Braine-l'Alleud), non loin d'un éventuel arrêt de la (future) ligne du RER. Le complexe serait composé d'une salle de basket et disposerait également d'un espace Patinoire. Elle sortirait de terre pour la saison 2021-22. Si la salle Gaston Reiff n'est pas homologuée pour l'EuroLeague (elle l'était déjà tout juste pour l'EuroCup cette saison), le club pencherait pour des solutions alternatives mais n'a pas voulu divulguer le nom des candidats hébergeurs.

Côté sportif, les dirigeants brainois ont concocté du lourd. Aux prolongations de Grzesinski, Trahan-Davis, Anderson, Milic et Delaere ils ont ajouté trois retours et non des moindres : Carpreaux (Waregem), Mayombo (Keltern) et Steinberga (Prague) reviennent à Braine. En plus de l'espoir Lisowa (16 ans, ex-Spirou Monceau) , deux US débarquent. L'Américaine récemment naturalisée Arménienne Halejian (24 ans) évoluait en Suisse (à Winterthur) et l'Américaine Payne (23 ans) jouait en Israël et n'était pas loin l'année d'avant d'être draftée par la WNBA que vient de rejoindre Kahleah Copper, désormais ex-Castors.

« Notre ambition est d'arriver en quarts de finale de l'EuroCup, via un bon classement en EuroLeague. C'est un infime honneur de pouvoir participer à l'EuroLeague. Dès nos titres nationaux en poche, nous avons reçu les félicitations du secrétaire général de la FIBA Kamil Novak. En termes de visibilité médiatique, en termes de qualité pour le public belge et en termes de rythme pour les filles, l'EuroLeague nous offre du basket dehaut niveau jusqu'en février '18. Nous ne pouvions pas refuser un honneur pareil » a indiqué le président Jacques Platieau.