Basket Eliminé en demi-finale des playoffs, le coach carolo reconnaissait la supériorité des Anversois sur cette double confrontation

Lundi soir, le Spirou jouait sa survie en playoffs face à Anvers. Battus au match aller samedi à la Lotto Arena, les Carolos n'avaient d'autre choix que de s'imposer au Spiroudome. Malheureusement pour eux, au terme d'un match incroyable au suspense insoutenable, les joueurs de Brian Lynch se sont inclinés sur le plus petit écart (82-83) après prolongation. Une défaite plutôt logique même si elle s'est jouée sur des détails. "Au cours d'un match, il y a énormément de facteurs qui entrent en ligne de compte, note le coach carolo. Par moments, on avait la bonne intensité mais on a n'a pas réussi à faire l'effort supplémentaire pour faire la différence."

Et au final, ce sont donc les Giants qui repartent avec la qualification pour la finale des playoffs. "Parfois, le basket, ça se joue sur une phase de jeu. Même si on fait une combinaison de plusieurs mouvements, parfois, on peut tout oublier après un gros shoot ou un stop défensif. C'est d'ailleurs ça qui est fun dans le basket: tout peut se jouer sur un seul fait de match et on oublie tout le reste. Même s'il faut le reconnaître: Anvers mérite sa victoire et je leur souhaite bonne chance pour la finale."


© BELGA


De son côté, Roel Moors, l'entraîneur des Giants, savourait cette victoire qui est celle d'un groupe. "C'était l'objectif de la saison, lance-t-il. Je suis très fier de mes gars qui ont su élever leur niveau de jeu quand il le fallait même si le groupe est très jeune. Mais il ne faut pas s'en cacher: cette réussite, c'est le prix d'un énorme travail avec de bonnes additions en cours de saison tant sur le terrain que dans le staff." Et on voit rapidement à qui Roel Moors fait référence. Arrivé en milieu de saison, Tremmell Darden s'est révélé être le bourreau des Carolos en les crucifiant au buzzer de la prolongation de ce match retour. 

Après quelques heures de repos bien mérité, le coach anversois va pouvoir se plonger à 200% dans cette finale face à Ostende avec, peut-être, un avantage psychologique puisque les Giants ont remporté le dernier back-to-back de la phase classique du championnat face aux Ostendais justement. De leur côté, les Carolos doivent à présent se tourner vers la saison prochaine et les dirigeants ne devront plus faire les mêmes erreurs de casting car des saisons où tous les objectifs sont loupés, c'est le genre de chose qu'on ne veut plus revivre à l'avenir au Spiroudome.