Basket

Invaincu depuis sept matches en 2014, Liège sait qu’il doit une grande partie de son succès actuel à l’éclosion totale de son jeune talent belge, Ioann Iarochevitch. L’intérieur de 24 ans a encore franchi un cap cette saison et ce n’est évidemment pas pour rien qu’il figure pour le moment à la 10e place au classement des évaluations générales de l’ Ethias League. “Ioann s’était déjà montré très régulier la saison dernière, mais quelques blessures sont venues jeter un peu d’ombre sur ses performances”, explique Laurent Costantiello, directeur général du club liégeois. “En outre, les bons résultats enregistrés par l’équipe permettent actuellement de valoriser ses prestations. Iaro est devenu plus décisif et n’hésite pas à prendre ses responsabilités en fin de match quand il le faut. C’est certain, il a encore grandi…”

Avec 14,1 points et 6,7 rebonds de moyenne par match jusqu’à présent, le joueur d’origine russe se place comme un candidat potentiel au titre de joueur belge de l’Année tout comme Maxime De Zeeuw, qu’il affrontera ce soir au Country Hall. “Je ne vois effectivement personne d’autre capable de s’immiscer dans la course”, poursuit notre interlocuteur qui sait pertinemment que les jours de Iaro à Liège sont désormais comptés. “On ne saura pas le garder la saison prochaine. C’est également le cas pour un garçon comme Mike Smith. Ces joueurs ont le gabarit pour aller jouer plus haut à l’étranger et multiplier leur salaire. Selon moi, Iaro a le niveau pour évoluer au sein d’un club jouant l’Eurocup.”

En attendant, à l’exception de Moray, Liège peut compter sur l’ensemble de son effectif afin de tenter de décrocher une huitième victoire consécutive ce soir face à Anvers. “Espérons que ça dure le plus longtemps possible même si l’on sait qu’on perdra bien des matches à un moment. Certaines équipes n’ont pas encore atteint leur pleine carburation alors que notre collectif est très bien huilé. Tout le monde joue pour l’équipe et c’est cela qui fait notre force”, conclut Laurent Costantiello.