Basket Découvrez les réactions d'après-match de Laurent Monier (Brussels) et de Daniel Goethals (Mons).

Ce vendredi soir, le Brussels a montré davantage de volonté et d'esprit d'équipe pour venir à bout de Mons-Hainaut (78-64). Voici le débriefing des deux coachs.

Daniel Goethals (Mons-Hainaut) : "Une somme d’individualités frustrées"

"Nous avons été battus par une équipe de basket-ball qui a joué contré une somme d’individualités frustrées. La semaine dernière à Anvers, nous avions un semblant de liant collectif et nous leur avions créé des problèmes. Cette fois-ci, on commence le match avec 3 ou 4 minutes de jeu collectif où tout le monde touche le ballon puis le one man show a débuté… En Belgique, on ne peut pas survivre en jouant comme ça.

Si nos joueurs respectaient les adversaires comme nous, en tant que coach, nous respectons nos collègues et les staffs adverses, je crois que nous aurions quatre ou cinq victoires de plus. Depuis le début de la saison, on passe un match sur deux avec des mecs qui décident de ne pas venir jouer… Idris Lasisi ce vendredi c’est 15 minutes de jeu et il termine avec une évaluation de -5. La semaine dernière, c’était la même chose… On peut reprocher à Garlon Green de forcer des shoots et de ne pas faire une prestation cinq étoiles deux matchs de suite. Mais au moins, il essaye et met de l’intensité, lui. Moi, j’ai des mecs qui viennent et c’est tout. Comme coach, c’est extrêmement frustrant.

© SH

Nous avons donc été battus par une équipe. On le voit bien avec les points et le nombre de marqueurs. Quelqu’un comme Maxime Depuydt ne joue que 2 minutes 10 mais ne véhicule pas une image de frustration. Il met 5 points dont un panier avec la faute juste avant la mi-temps pour créer le premier écart du match. C’est la mentalité de joueurs qui peuvent faire la différence, là où les miens ne pensent qu’à leurs statistiques personnelles. C’est pour ça que nous ne gagnons qu’un match sur deux en moyenne."

Laurent Monier (Brussels) : "Tout le monde tire enfin vers le même objectif"

"Depuis quelques semaines, il faut reconnaître que mes joueurs ont enfin décidé de faire des efforts en défense. Excepté le back-to-back contre Ostende, nous limitons Alost, Anvers et Mons à environ 65 points. Tout le monde semble avoir compris que la victoire passait par la défense. Je ne peux qu’être satisfait des efforts produits à ce niveau-là. Quand on voit ce que fait un joueur comme Peciukevicius qui, en 15 minutes, se tue en défense et met 12 points. C’est l’image que nous voulons donner de notre équipe. Je pense que tout le monde tire enfin vers le même objectif."

© SH