Basket Les coéquipiers de Dennis Schröder n'ont pas démérité mais sont tombés sur un Marc Gasol stratosphérique (28 pts)

Sur papier, cette confrontation entre l'Espagne et l'Allemagne semblait quelque peu déséquilibrée à la vue de l'effectif de la Roja. Mais pourtant, les coéquipiers de Dennis Schröder ont fait bien mieux que de se défendre. D'ailleurs, ce sont les Allemands qui prenaient le meilleur départ menant rapidement 11-2. Mais côté espagnol, on peut compter sur une fratrie hors du commun et qui semble éternelle: les frères Gasol.

Dans un premier temps, c'est le meilleur marqueur de l'histoire de l'Euro, Pau Gasol, qui permettait à ses couleurs de recoller au marquoir. Encore aux commandes au retour des vestiaires (47-43), l'Allemagne a dû courber l'échine face au réveil du "petit" frère de la famille. En état de grâce, Marc Gasol en a fait voir de toutes les couleurs à la défense allemande. Trois points, lay-up, assists, rebonds... le pivot des Grizzlies était tout simplement inarrêtable. Avec 16 points inscrits en trois petites minutes à la fin du troisième quart-temps, celui que l'on surnommait par le passé " The Big Burrito" pour son embonpoint a tué le match à lui tout seul! Sur une autre planète, rien ni personne ne semblait en mesure ne serait-ce que de le ralentir.

Une fois aux commandes, la Roja a pu contrôler la fin de la rencontre grâce à son expérience hors norme dans ce genre de compétition.

Néanmoins, face à l'effectif allemand pourtant largement inférieur sur papier, les Espagnols ne se sont pas baladés et restent encore très dépendants des frères Gasol. Une fois encore, c'est la famille la plus connue du basket espagnol qui lui a permis de sortir la tête de l'eau. Sans quoi, nul ne sait ce qu'il se serait passé tant Dennis Schröder posait des problèmes à la défense ibérique. Maintenant, quand on voit à quel niveau les deux pivots peuvent évoluer, on comprend mieux pourquoi l'Espagne fait figure de grandes favorites dans cet Euro et que rien ne semble pouvoir leur arriver tant ils sont dominateurs.

En demi-finale, la Roja affrontera le vainqueur du duel entre la Lettonie de Porzingis et la Slovénie du duo Dragic-Doncic qui se déroule dans la soirée.


Allemagne 72
Espagne 84


Allemagne: 26 sur 59 (6x3); 14 lf sur 22; 32 rbs; 14 ass; 23 fp.
Lo 9, VOIGTMANN 2, Staiger 1, TADDA 0, Theis 15, BENZING 4, SCHRODER 27, Akpinar 0, BARTHEL 6, Thiemann 8, Heckmann (-), Hartenstein 0.

Espagne: 29 sur 60 (10x3); 16 lf sur 21; 37 rbs; 26 ass; 20 fp.
P. GASOL 19, Rodriguez 11, NAVARRO 0, RUBIO 2, M. GASOL 28, W. Hernangomez 7, Sastre 8, Vives 0, Oriola 4, SAN EMETERIO 3, J. Hernangomez 2.

Les quarts: 19-16/14-18/20-31/19-19.