Basket Petit tour d'horizon des différentes confrontations qui se dérouleront ces samedi et dimanche

Samedi

Slovénie-Ukraine (11h30)

Peut-être l'une des confrontations les plus déséquilibrées de ces huitièmes de finale. Depuis le début de la compétition, les Slovènes peuvent compter sur un duo Dragic-Doncic intenable. Le meneur du Heat mériterait le titre de MVP de ce premier tour alors que l'ailier madrilène a prouvé à la face du monde qu'il était certainement l'un des plus grands talents de sa génération et que son avenir se dirige vers la NBA très prochainement. Sortis in-extremis de son groupe grâce à une grosse victoire dans le dernier match face à Israël, on voit mal comment les Ukrainiens pourraient rivaliser avec cette Slovénie qui n'a d'ailleurs toujours pas mordu la poussière. Avantage Slovénie!

Allemagne-France (14h15)

Difficile de sortir un favori pour cette confrontation entre l'Allemagne de Dennis Schröder et la France d'Evan Fournier. Si avant le début du tournoi, on aurait clairement donné un avantage aux Français, on ne peut pas dire que les Tricolores aient été flamboyants depuis le début de la compétition. Complètement dominée par Goran Dragic il y a quelques jours, la France aura à faire au même style de joueur et il faut espérer que Vincent Collet aura trouver la parade pour redresser la barre. Néanmoins, malgré un fond de jeu toujours au vestiaire et de nombreuses défaillances dans l'effectif (Batum, Gobert, la retraite de Parker,...), les Français partent légèrement favoris de cette confrontation qui pourrait se jouer jusque dans les dernières secondes du match.

Finlande-Italie (17h45)

La Finlande, c'est LA bonne surprise de cet Euro. Et si elle est arrivée à ce niveau de la compétition, la Finlande le doit principalement à son nouveau héros: Lauri Markkanen. Drafté par les Bulls il y a quelques semaines, le pivot de 2m13 est tout simplement exceptionnel depuis le début de la compétition. De l'autre côté, on retrouve une équipe d'Italie privée de son meilleur joueur, Danilo Gallinari mais qui a trouvé en Marco Bellineli le leader qu'elle se cherchait. Avec deux courtes défaites face à l'Allemagne et la Lituanie, l'Italie réalise un parcours intéressant sans attirer la lumière sur elle. Ce huitième de finale devrait être haut en couleur et l'expérience pourrait bien faire la différence... en faveur des Italiens.

Lituanie-Grèce (20h30)

La Lituanie, c'est un basket carré et sérieux. Emmenés par des joueurs comme Valanciunas, Kuzminskas ou encore Kalnietis, les Lituaniens ont dominé leur groupe, ne s'inclinant qu'à une reprise, face à la Géorgie, en ouverture du tournoi. Depuis, la formation de l'Est a trouvé la bonne carburation avec un jeu séduisant et très structuré. Un peu l'opposé de leurs adversaires. Depuis le début du tournoi, les Grecs ont toutes les peines du monde pour trouver le bon rythme. Privée de sa star Giannis Antetokounmpo, la Grèce s'est qualifiée au bout du suspense après une dernière victoire obtenue face à la Pologne. De plus, l'ambiance au sein du groupe semble électrique, surtout après les déclarations de Thanasis Antetokounmpo qui pointait du doigt le manque d'implication des joueurs cadres. Malgré tout, la Grèce reste une grande nation du basket et ses joueurs ne sont pas du genre à baisser les bras. Néanmoins, face à une Lituanie en pleine confiance, on donne l'avantage aux coéquipiers de Jonas Valanciunas.


Dimanche

Lettonie-Montenegro (11h30)

Énorme depuis de la début de la compétition, Kristaps Porzingis porte sa nation sur son dos, bien épaulé tout de même par Davis Bertrans, le joueur des Spurs. Dominateur dans la raquette, le pivot des Knicks brille pour sa première participation à une compétition européenne de ce niveau. De l'autre côté, le Montenegro s’appuie principalement sur son pivot star, Nikola Vucevic (Orlando Magic), pour prendre les rebonds et alimenter le marquoir. Si Porzingis continue de jouer au niveau qui est le sien actuellement, il devrait être en mesure de franchir l'obstacle monténégrin qui se dressera devant lui ce dimanche.

Serbie-Hongrie (14h15)

Même privée de plusieurs joueurs cadres comme Milos Teodosic, pour ne citer que lui, la Serbie pratique un basket séduisant et a d'ailleurs terminé première du son groupe (celui de la Belgique). Le duo Bogdanovic-Marjanovic fait très mal sans oublier les apports de joueurs comme Kuzmic, Jovic et Macvan. Qualifiée de justesse au détriment de la République Tchèque, la Hongrie s'appuie principalement sur un joueur: le néo barcelonais Adam Hanga. Malgré tout, on voit mal comment les Hongrois pourraient résister à cette Serbie qui devrait logiquement s'imposer sans le moindre problème dans ce huitième de finale déséquilibré... sur papier.

Turquie-Espagne (17h45)

Sur papier, il n'y a pas photo: l'Espagne, avec les frères Gasol, Hernangomez, Rubio ou encore Rodriguez est largement supérieure à l'effectif turc emmené par Cedi Osman. Mais la réalité du terrain est parfois différente. Et si cela sentait le match piège pour la Roja? Ce qui est certain, c'est que l'ambiance risque d'être incroyable et les Espagnols devront gérer la pression de jouer face au pays hôte de cet Euro de basket. Malgré tout, l'effectif et surtout l'expérience des coéquipiers de Pau Gasol devraient faire la différence en faveur de la Roja. Avantage Espagne mais attention tout de même au match piège!

Croatie-Russie (20h30)

Sans vraiment faire parler d'eux, les Croates ont terminé deuxième de leur groupe, derrière l'Espagne, en étant d'ailleurs la seule équipe à faire "douter" la Roja. Emmenée par ses deux stars NBA, Bojan Bogdanovic et Dario Saric, la Croatie propose un jeu structuré qui pourrait ennuyer cette équipe russe. Sortie troisième du groupe des Lions, la Russie est l'une des révélations de la compétition. Personne ou presque ne les imaginait aussi bien dans cet Euro et le duo Mozgov-Shved fait des ravages. Ce huitième de finale devrait se jouer sur des détails mais les Russes semblaient quelque peu fatigués en cette fin de premier tour. Avantage Croatie.