Basket Jean-Marc Jaumin prendra place sur le banc des Okapi Aalstar la saison prochaine

Cinq saisons après avoir quitté le banc d’Ostende pour poursuivre sa carrière de coach aux Pays-Bas puis en Suisse, Jean-Marc Jaumin s’apprête à redéposer ses valises sur ses terres natales. L’ancien meneur de l’équipe nationale belge va bientôt débuter une nouvelle aventure avec le club d’Alost où il a paraphé un contrat d’une année (+1 en option).

Revenir en Belgique est apparu comme une évidence pour l’actuel coach des Lions de Genève. “Je savais que mon travail payerait et que je recevrai une nouvelle chance en Belgique”, se réjouit Jean-Marc Jaumin. “C’est le moment idéal pour revenir. Alost m’a présenté un beau projet. C’est un club qui nourrit beaucoup d’ambitions. Il y a aussi là-bas le meilleur public du pays. Leur salle très proche du terrain colle bien avec mon caractère. J’aime vivre avec le public et les émotions du terrain.

Cette proposition collait aussi parfaitement aux envies extra-sportives de l’ancien joueur d’Ostende, Mons-Hainaut, Malaga et même du Real Madrid. “Ça fait presque six ans que je vis seul à l’étranger et que je vois ma femme et ma fille uniquement certains week-ends. Je vais maintenant pouvoir être un maximum avec ma famille.”

Tout roulait pourtant bien en Suisse pour l’entraîneur de 47 ans qui vient de soulever la Coupe nationale. “C’est vrai que j’avais encore un contrat d’une année avec Genève”, explique-t-il. “Ils étaient contents de mon travail et le club comptait encore sur moi pour la saison prochaine. Mais il y a eu cet intérêt d’Alost il y a trois semaines…”

Même s’il doit encore diriger une rencontre de championnat puis les playoffs, Jaumin prépare déjà le terrain pour sa venue chez les Okapis. “En plus de Tofi qui a encore une année de contrat, le club m’a fait part de la possibilité de prolonger Troisfontaines et Geukens. J’ai dit qu’il fallait le faire au plus vite parce que les bons joueurs sont très demandés.”

Avec ces trois joueurs comme ossature de base, le nouveau boss d’Alost pourra construire sereinement. “Il faut vivre avec le budget qu’on aura mais on veut construire une équipe compétitive qui pourra aussi évoluer sur la scène européenne. J’ai déjà fait une liste de Belges qu’on voudrait avoir. On les contacte en ce moment pour voir si l’intérêt est réciproque et si cela colle au budget d’Alost.