Basket Outrageusement dominé au rebond (26 prises offensives pour les Limbourgeois), Charleroi est tout de même parvenu à s'imposer grâce à son j eu collectif où les assists (25) ont été distillées avec un certain talent.

Brian Lynch qui revient à Limburg, on ne pouvait s’attendre qu’à un festival offensif. Même si les embouteillages ont quelque peu retardé les Carolos qui ne sont arrivés qu’une petite heure avant le début du match au Alverberg, les acteurs ont rapidement trouvé le chemin des filets comme en témoigne le score à la fin du premier quart (26-23). Dix premières minutes marquées par une grosse réussite offensive des deux côtés. Dominateurs au rebond, les Limbourgeois prenaient les commandes de la rencontre (11-4) même si la montée au jeu de Keaton Grant faisait du bien au Spirou (21-17).

Menés mais jamais largués, les Carolos trouvaient enfin le rythme… défensivement. Scott Thomas se rappelait à ses bons souvenirs limbourgeois (deux saisons) pour mettre de la pression sur son adversaire direct et permettre au Spirou de repartir en contre-attaque et s’offrir des paniers faciles. Thomas, justement, offrait l’avance au marquoir pour la première fois aux Carolos (31-32 à la 14e) avant que les visiteurs n’enfoncent le clou. Grâce à une défense imperméable, les joueurs de Brian Lynch plantaient un 2-16 (38-34 et 40-50) pour prendre leurs distances à la pause. Malgré l’outrageuse domination au rebond de Limburg (9 prises offensives en première mi-temps), Charleroi restait aux commandes grâce à sa grosse défense et un collectif offensif où chaque panier ou presque était précédé d’une assist (15 en 20 minutes).

Au retour des vestiaires, la physionomie de la rencontre ne changeait pas. Charleroi était toujours autant dominé au rebond. Limburg gobait un nombre incroyable de rebonds offensifs alors que sur papier, l’effectif carolo est pourtant largement plus grand en taille. Mais le rebond, ce n’est pas qu’une question de taille, c’est également une question d’envie et de hargne. Et à ce petit jeu, les Limbourgeois étaient largement supérieurs. Des rebonds qui permettaient à Spicer (11pts en 10 minutes) d’alimenter le marquoir. Un marquoir qui, étonnement, était en faveur… du Spirou malgré les 16 rebonds offensifs captés par les locaux. Car si les Carolos étaient dominés dans la raquette, en attaque, la balle circulait parfaitement et les assists s’enchainaient (48-60 et 60-74). Bien dans le match, Keaton Grant devait par contre quitter ses coéquipiers prématurément à la suite d’un violent contact à la tête avec Spicer. Au sol, l’ailier américain est parti au vestiaire en titubant et n’est plus revenu sur le parquet.

© Brys

Une perte importante pour les Carolos qui voyaient leurs adversaires revenir sur leurs talons grâce à deux tirs primés de Mukubu et Delalieux (68-74). L’intensité montait encore d’un cran et les deux équipes se répondaient coup pour coup (69-79 et 78-84 à la 37e). Soudainement, les Limbourgeois prenaient feu à l’image d’Unruh et les protégés de Ronnie McCollum recollaient à 84-86 à une minute du buzzer. Malgré ce retour (91-93) et ce coup de chaud des joueurs locaux, le Spirou ne craquait pas pour s’imposer 91-95 sur le fil et permettre à Lynch, Thomas et Tuttle de réussir leur retour à Limburg sous les couleurs carolos. Un match intense, serré et que le Spirou a remporté grâce à l’expérience et un jeu offensif particulièrement léché (25 assists).


Limburg : 30 sur 78 (10x3) ; 21 lf sur 26 ; 48 rbs ; 24 ass ; 21 fp.

Mukubu 7-11, Rahon 0-5, Baptista (-), Dedroog (-), Delalieux 3-7, HERTAY 4-2, HEATH 9-0, Spicer 2-11, DESIRON 4-5, RELEFORD 4-0, UNRUH 9-8.

Charleroi: 32 sur 65 (8x3); 23 lf sur 27 ; 31 rbs; 25 ass; 22 fp.

LIBERT 9-6, Fusek (-), Iarochevitch 6-5, Delalic (-), MARNEGRAVE 2-5, TUTTLE 2-4, THOMAS 8-5, Gibbs 3-3, Gorgemans 6-4, KATIC 4-9, Marchant 2-0, Grant 8-4.

Quarts: 26-23/16-27/20-24/29-21

Arbitres: MM. Vanlooy, Neeskens et Denis