Basket Guy Muya, le capitaine du Basic-Fit Brussels, se veut plus serein pour la suite.

Les Bruxellois ont dû se lever de bonne heure ce lundi matin afin de prendre le vol de 7h en direction de Larnaca, à Chypre. Un réveil très matinal que les joueurs et le staff ont sans doute pris avec légèreté en sachant que le soleil les attendait à l’arrivée. Ne nous y trompons cependant pas, même si la direction bruxelloise a déjà laisser entendre que la Coupe d’Europe n’était pas prioritaire, il ne s’agit pas d’un voyage touristique.

"Dans le vestiaire, le coach n’a jamais tenu un discours laissant entendre que la Coupe d’Europe passait au second plan", affirme Guy Muya, le capitaine du Basic-Fit Brussels. "Même si le début fut un peu compliqué, on continue de prendre match par match et nous verrons où cela nous mène. Nous sommes capables de rivaliser avec chacune des équipes dans notre groupe."

Vainqueur sur la scène européenne pour la première fois de la saison la semaine passée, la formation de la capitale veut désormais profiter du vent nouveau insufflé par les transferts de Lionel Bosco et Mike Smith, qui n’arrivera lui que jeudi à Bruxelles. Ces deux arrivées ont eu de quoi ramener un peu de sérénité au sein du vestiaire. "Personnellement, j’étais impatient de savoir quels seraient les renforts", poursuit Guy Muya. "Et je dois dire que je me sens totalement rassuré maintenant. Lionel et Mike ont beaucoup d’expérience et connaissent très bien la compétition belge. Il faudra juste un petit peu de temps pour qu’ils retrouvent le rythme des matchs car ils sont restés sans club durant quelques mois. Leur présence permettra aussi de mieux répartir le temps de jeu entre les joueurs car les efforts réalisés depuis le début car les rotations manquaient."

L’optimisme et la confiance sont à nouveau de mise donc dans les rangs bruxellois pour la suite. "C’est une sorte de nouveau départ pour l’équipe. Souvenez-vous la saison passée, tout ne fut pas directement rose non plus. C’est au fil de la saison que nous étions montés en puissance. Le bilan, on le fera donc en fin de campagne. C’est encore long…"