Basket

Les choses semblent s’accélérer pour le jeune talent gantois (16 ans – 2m09)

Appelé pour la première fois dans la présélection des Belgian Lions en février, le Gantois d’origine Bosnienne serait cette fois sur le point de se lier contractuellement avec Barcelone dont l’école de jeunes est particulièrement réputée. De Falco Gand en D2 belge à Barcelone en Euroleague, la marche sera haute mais Bratanovic dont les talents sont aussi évidents que sa taille semble bien armé pour sauter le pas.

Cela fait un moment que Bratanovic est sur la wish list des plus grands clubs européens. En février déjà lors de sa première présélection chez les Belgian Lions, on citait également le Real Madrid mais aussi Bamberg en Bundesliga ainsi qu’un club italien. Rien d’étonnant au vu du format hors norme (2m09) du gamin (16 ans) mais surtout de ses capacités. Car Bratanovic a des mains et un QI basket certain, le tout dans une carcasse déjà très solide, qui ne déparait en tous cas pas au milieu des autres Lions lors du stage de préparation concocté par Eddy Casteels.

Alors, ce départ, est-ce trop tôt ? N’y a-t-il donc aucun club belge capable de tailler et polir ce diamant brut ? De lui donner du temps de jeu pour l’aguerrir avant de se lancer au plus haut niveau ? L’éclosion sans arrêt reportée de l’autre grand espoir du basket belge, Tim Lambrecht, un ailier délié de 20 ans et 2m10 qui reste scotché au banc Ostendais n’est sans doute pas là pour lui donner tort. Et puis n’oublions pas l’exemple vivant de Luka Doncic, arrivé au Real Madrid en provenance de sa Slovénie natale à l’âge de…12 ans…

Quoi qu’il en soit, dans l’environnement hyper-professionnel d’un des grands d’Europe, Bratanovic devrait avoir tout en main pour réussir au plus haut niveau…sans pour autant que cela ne soit une garantie. Qui se souvient aujourd’hui de l’Anversois Yannick Driesen (30 ans -2m16), un immense (!) espoir du basket belge lui aussi qui ne perça jamais malgré six années passées en Espagne.