Basket Alors qu’il a décidé de mettre un terme à sa carrière professionnelle, le Liégeois revient au Country Hall (Liège - Limburg: ve 20h30)

C’est sans doute la dernière fois qu’il foulera le parquet de ce Country Hall qu’il connaît si bien. Ce vendredi, à l’occasion de la manche aller du dernier back-to-back de la saison, Yoann Hertay reviendra avec Limburg dans sa salle fétiche, celle où il aura évolué pour l’essentiel d’une belle carrière pro à laquelle il s’apprête, à 27 ans, à mettre un terme que l’on qualifierait spontanément de prématuré.

"Prématuré ? Je ne pense pas. Simplement, après 6 années à manger du basket matin, midi et soir, j’arrive un peu à saturation. Partir à l’entraînement n’est plus forcément un plaisir, c’est un signe qui ne trompe pas" , analyse Yoann Hertay sans pour autant cracher dans la soupe. "J’ai eu une chouette carrière, de beaux souvenirs comme la finale de Coupe de Belgique perdue d’un point contre Ostende. Mais là, ça commence à me peser. Depuis le 8 août, on a eu 4 jours de break au total. Mentalement, j’ai besoin d’air."

C’est sans doute pour cette raison qu’il avait rejoint cette saison le club limbourgeois sans pour autant y rencontrer le renouveau espéré. De quoi sans doute précipiter une reconversion qui se fera dans l’enseignement : "J’ai un diplôme en éducation physique. Je suis donc à la recherche d’un emploi, ce qui pour le moment rend difficile un statut à la François L’Hoest qui, lui, est nommé. Pour la suite, par contre, après quelque mois de ré-oxygénation, on verra bien ou on en est. Je ne ferme en tous cas la porte à aucune option."

La dernière valse de Yoann Hertay pourrait-elle connaître un rappel… d’aucuns l’espèrent sans doute !