Basket

Les Bruxellois ont livré une prestation très convaincante pour s’offrir une victoire méritée face aux Giants


Dans une spirale plutôt négative avec cinq défaites de rang, le Brussels accueillait le deuxième du classement, Anvers. Mais finalement, alors que les débats étaient particulièrement mal engagés dans le premier quart, les Bruxellois ont réussi à inverser la tendance pour mettre fin à cette série de défaite et renouer avec la victoire face au deuxième du classement (81-66)

Dès le début de la rencontre, ce sont les visiteurs qui imposaient leur rythme. Très adroits au périmètre avec quatre tirs primés, les Anversois prenaient les commandes de la rencontre (0-5 et 3-10). Les Bruxellois n’arrivaient pas à alimenter le marquoir et ce n’est que grâce aux lancers-francs de Mike Smith que les protégés du coach Monier limitaient la casse. De l’autre côté, la montée au jeu de Thomas Akyazili faisait mal et le marquoir prenait déjà des proportions inquiétantes (9-20 et 15-24) !

La tension montait d’un cran et suite à un coup de sifflet litigieux, Muya (blessé mais sur le banc), entrait dans une colère noire. Une faute volontaire et une technique plus tard, les Giants s’envolaient au marquoir (17-30). Mais pourtant, ce moment d’énervement eu le don de réveiller les Bruxellois qui soudainement, mettaient beaucoup plus d’intensité dans la rencontre. Même le président, André Dekandelaer, y allait de ses quelques mots pour booster l’équipe. Résultat : Loubry prenait feu alors que Smith faisait la misère à ses anciens coéquipiers. A la faveur d’un 11-0, le Brussels était à nouveau dans le match (31-32) et Jonas Foerts, d’une bombe, plaçait les locaux aux commandes pour la première fois du match (37-36) avant que Darden ne scelle le score à la pause (37-38).

Au retour des vestiaires, les débats s’équilibrèrent mais la tendance était clairement en faveur des Bruxellois qui défendaient comme des morts de faim. Les contres s’enchainaient et les Anversois n’arrivaient plus à inscrire le moindre point. De l’autre côté du terrain, on retrouvait enfin le vrai Jeremy Simmons. Dominateur dans la raquette, le pivot américain était omniprésent. Le Brussels n’encaissait que six malheureuses petites unités en dix minutes et les joueurs de la capitale viraient en tête à l’entame des dix dernières minutes (44-40 et 52-44).

En pleine confiance, c’était au tour de Jonas Foerts de se mettre en évidence en plantant deux bombes consécutives d’entrée de quatrième quart (58-46). Plus rien ne semblait en mesure d’arrêter les Bruxellois dans leur marche en avant. Le duo Smith-Simmons était tout simplement inarrêtable offensivement (63-55 et 71-60). Grâce à une fin de match sérieuse et appliquée, les protégés de Laurent Monier mettent fin à cette spirale négative de défaite (81-66). Une victoire qui fait du bien au classement mais surtout au moral des Neder-over-Heembeekois qui en avaient bien besoin.


Brussels : 24 sur 54 (8x3) ; 25 lf sur 31 ; 31 rbs ; 18 ass ; 20 fp.

LOUBRY 8-2, N. Foerts -0, Depuydt 2-0, Peciukevicius 3-0, SMITH 15-14, J. Foerts 3-6, PETERSON 0-4, SIMMONS 4-10, Bosco 2-2, HARRELL 0-6.

Anvers : 23 sur 56 (5x3) ; 15 lf sur 19 ; 40 rbs ; 18 ass ; 24 fp.

LEE 6-6, Donkor 3-2, VANWIJN 11-4, Vervoort (-), Darden 2-6, Schoepen 4-2, Rogiers (-), Akyazili 8-0, Bako 2-0, KINGSLEY 2-6, DUDZINSKI 0-2, KALINOSKI 0-0.

Quarts : 15-24/22-14/15-6/29-22

Arbitres : MM Krehic, Deblieck et Di Paolo