Basket Les Bruxellois seront mis sous pression sur le parquet allemand.

Comptant parmi elle un Peciukevicius qui ne devrait pas être aligné (main foulée) ce soir, la délégation bruxelloise a quitté Neder, ce jeudi matin, à destination du nord de Stuttgart. Les 6 h 30 de trajet vers Ludwigsburg ont été mis à profit par le staff pour rappeler les qualités d’une opposition qui a été impressionnante au cours des deux premiers tours de qualification en Champions League.

La formation teutonne, huitième de la Bundesliga en 2016-17, n’a fait qu’une bouchée aux tours précédents de Sarajevo (+ 26 et + 43) avant d’assurer face aux Roumains de Cluj Napoca (+ 6 et + 11). Si le championnat allemand débute seulement ce week-end (sans Ludwigsburg en lutte avec le Brussels ces vendredi et lundi pour une place en CL), l’adversaire du Basic-Fit Brussels a déjà bien roulé sa bosse en disputant ces quatre rencontres européennes en huit jours à peine.

Cette débauche énergivore d’une formation basant tout son jeu sur le physique sera peut-être la chance du Brussels, dispensé lui des deux premiers tours qualificatifs.

"Ludwigsburg, c’est costaud et athlétique. Une équipe adepte du pressing tout terrain et des prises à deux en défense", constate le coach Monier. "Face à eux, Sarajevo au premier tour a mis à un moment presque trois minutes pour arriver en zone avant, c’est vous dire la pression exercée. Ludwigsburg se nourrit des pertes de balle adverses pour inscrire des paniers faciles. Chacune de nos actions devra être empreinte de discipline."

Si le Brussels tient la pression sur panier marqué des Allemands, ses chances augmenteront. "Même si le jeu sur demi-terrain n’est pas notre plus grande force, ils donnent tellement d’énergie dans leur pression que nous aurons nos chances", convient le coach bruxellois.

Après avoir découvert la Fiba Europe Cup la saison dernière, le club bruxellois franchit une nouvelle étape et s’apprête donc désormais à réaliser ses premiers pas en Champions League…