Basket La saison n’est pas finie pour les Castors, à qui il reste la Coupe et le championnat.

La campagne européenne des Castors s’est achevée mercredi. Une première lecture des résultats (3 victoires, 11 défaites) dresse un bilan largement négatif. Mais les résultats doivent être analysés avec objectivité. Il y a plusieurs leçons en tout cas à retirer pour les Rongeuses.

Money, Money…

"La grandeur n’est pas une question de taille" dit la maxime, bien mal adaptée pour le basket. Pour lutter à arme égale dans la raquette, les Castors ont manqué de puissance et de centimètres. L’absence d’un poste 5 explique bien des souffrances brainoises dans le secteur intérieur. Ce manque a souvent obligé le coach Zvirgzdins à bien des adaptations tactiques. Toutes les équipes affrontées possédaient une intérieure digne de ce nom. Un choix que ne pouvait s’autoriser la trésorerie brainoise, plus petit budget des équipes engagées dans sa série.

Un coach incompris et trop exigeant ?

Ce n’est un secret pour personne, elles sont plusieurs dans le noyau qui ne passeront pas leurs vacances avec le Letton. Le problème de ce dernier, ce ne sont pas ses connaissances techniques ou sa science tactique, c’est sa façon de communiquer. Hurler comme un possédé a souvent eu l’effet inverse que désiré. Fatigués, certains cadres du noyau ont parfois répliqué, entraînant une surenchère peu propice à un climat serein. Certaines victimes paraissaient toutes désignées. Cette vendetta a peut-être coûté un succès en EuroLeague. Pour la défense du Letton, on indiquera que ses injonctions tactiques ont rarement été appliquées, rendant son boulot redondant et frustrant. Zvirgzdins est par ailleurs resté fidèle à ses principes. Peu satisfait de la maîtrise tactique de ses meneuses Carpreaux et Jones, il n’a pas hésité à faire jouer le poste 2 Delaere à leur place.

La suite en roue libre ?

Malgré plusieurs clashs avec le coach ou entre elles, les Brainoises ont toujours serré les rangs dans l’adversité. Maintenant que les échéances nationales (Coupe et championnat) approchent, ce devrait être encore le cas car ces filles demeurent de vraies compétitrices. Sur le terrain, il faudra encore compter avec une redoutable équipe. Namur, au menu de ce samedi soir, est prévenu…