Basket

Ce samedi soir, Louis Casteels était partagé entre l'équipe de son frère et celle de son grand ami Daniel Goethals.

C'est sous le regard avisé de Louis Casteels que les Leuven Bears sont allés chercher leur seconde victoire de la saison ce samedi soir (79-66). Le frère d'Eddy Casteels, le sélectionneur des Belgian Lions et nouveau coach de Louvain, était également venu encourager son ami Daniel Goethals, l'entraîneur de Mons-Hainaut. "C'était un match très spécial. J'étais neutre mais honnêtement j'aurais bien aimé que Mons gagne", admet-il. "J'ai beaucoup d'affinités avec Daniel même si je connais beaucoup de monde à Louvain parce que j'ai entraîné plusieurs années ici."

L'ancien assistant de Daniel Goethals à Willebroek n'a pas retrouvé une équipe montoise aussi chatoyante que ces dernières semaines. "C'est la première fois de la saison que je venais voir Louvain alors que j'ai déjà vu Mons à neuf reprises. Pour moi, c'était d'ailleurs leur plus mauvais match depuis le début de la saison. Rien ne fonctionnait chez eux. C'est sans doute la fatigue qui a eu raison d'eux. Louvain méritait de gagner à 200%. Il n'y a rien à dire je pense."

© BELGA

Il est vrai que les Louvanistes ont semblé métamorphosés par rapport à leur début de saison catastrophique (1 victoire en 13 matchs avant l'arrivée d'Eddy Casteels il y a trois semaines). "Il n'y avait qu'une personne qui pouvait sauver un club comme Louvain, c'était Eddy", affirme Louis Casteels. "On ne reconnaît plus Louvain. Ils avaient déjà perdu d'1 point contre Alost alors qu'Eddy était là depuis seulement 2 jours."

Mais pourquoi un tel changement subitement dans l'attitude des joueurs de Louvain ? Louis Casteels pointe les mauvais choix de la direction louvaniste. "Il y a beaucoup de dirigeants ridicules. A Louvain, notamment. Ils avaient mis deux coachs sans expérience à la tête de cette équipe. Ces deux coachs laissaient certains joueurs beaucoup trop longtemps sur le terrain, sans doute pour être gentils avec eux. Eddy ne fera plus ça. Pour être coach en D1, il ne faut pas être gentil."