Basket Après une première partie de saison difficile, les Renards ont enchainé 6 succès.

Six victoires d’affilée, un sixième strapontin au classement et des perspectives réjouissantes : la saison de Mons-Hainaut a peut-être démarré tardivement mais elle est riche en émotion. Le coach Frank De Meulemeester tient à rester pragmatique : "Je veux bien parler du match face à Limburg mais pas du classement. Pour celui-ci, on sait qu’on doit tout gagner pour se trouver le plus haut possible mais on est aussi conscient qu’on dépend des résultats des autres. On peut terminer quatrième comme on peut finir huitième."

Les Montois vont pouvoir se jauger face à Limburg (4e), qui reste sur une série de trois beaux succès, dont le dernier à Anvers a impressionné durant la semaine. Les deux formations semblent partager une imprévisibilité chronique. Plus dans le caractère côté montois et dans la palette offensive chez les Limbourgeois. "Avec mon équipe, j’ai toujours des doutes. Avec le groupe que j’ai, je ne sais jamais à quoi m’attendre. La vérité d’un match n’est pas l’autre. On présente parfois aussi des visages diamétralement opposés d’une mi-temps à l’autre", confesse le mentor des Renards.

United sera un adversaire difficile à contrer et dans la perspective des playoffs, les Montois doivent l’emporter de sept unités pour être positifs sur les hommes de Lynch. "Limburg est tout le temps imprévisible offensivement. Il y a de l’enthousiasme, du rythme et un excellent pourcentage à trois points. C’est une formation capable de tout, comme elle l’a encore montré en enfilant 100 points à Anvers mercredi. Comme Charleroi, c’est un match difficile qui nous attend", prévient De Meulemeester.

Un coach qui voit aussi la fin de saison sous le prisme de l’endurance physique et de la force mentale. "On pense moins à la fatigue quand on est dans une spirale positive, c’est notre cas. À ce stade-ci de la saison, c’est un peu plus difficile au plan physique pour certains mais la perspective des playoffs doit nous booster", espère-t-il.