Basket Retrouvez toutes les infos principales de la grande soirée qui s'est déroulée la nuit dernière au Barclay's Center de Brooklyn

Pour tous les jeunes joueurs, c'était LE moment de l'année. La draft, ils attendaient ça depuis des mois et de mois et le verdict est tombé. Sans grande surprise, avec le premier choix, les Suns de Phoenix se sont faits plaisir en sélectionnant DeAndre Ayton, l'énorme pivot du futur venant directement de l'université d'Arizona. Avec le deuxième choix, les Kings ont par contre décidé de se passer de la pépite slovène, Luka Doncic, lui préférant l'intérieur de Duke, Marvin Bagley III. Quant au dernier MVP de l'Euroleague, il a finalement été sélectionné en troisième position par les Hawks d'Atlanta... avant de directement être envoyé du côté de Dallas en échange de l'autre phénomène de cette cuvée 2018: Trae Young, qui lui, avait été sélectionné en cinquième position par les Mavericks alors que l'échange entre les deux franchises avait été acté quelques minutes avant ces deux choix. Enfin, à la quatrième place, sélectionné par les Grizzlies de Memphis, on retrouve Jaren Jackson Jr, l'intérieur de Michigan State.

© AFP


Alors qu'il y a un peu moins d'un an, Michael Porter Jr. était pointé comme l'un des favoris de cette cuvée, il a finalement dégringolé à la 14e place, sélectionné par Denver. Visiblement, ses problèmes récurrents de santé, notamment au niveau du dos, ont refroidi certaines franchises qui n'ont pas osé prendre un pari risqué, mais qui pourrait s'avérer payant, avec l'ancien ailier de Missouri.

On ajoutera que Mo Bamba devra se faire sa place dans la raquette du Magic (6e choix de draft) alors que les Cavs, qui doivent encore tenter de séduire LeBron James ont fait le pari de Collin Sexton, l'ancien meneur d'Alabama.

Manu Lecomte pas sélectionné


Les espoirs n'étaient pas énormes mais ils étaient pourtant bien présents. Malheureusement pour lui, Manu Lecomte, le meneur des Lions et ancien pensionnaire de Baylor, n'a pas été sélectionné lors de cette draft. Néanmoins, le rêve de jouer un jour en NBA n'est pas encore fini et il aura certainement encore d'autres possibilités de se mettre en avant cet été pour, qui sait, séduire une franchise.

© DR