Basket Le meneur des Suns avait été écarté après un tweet où il annonçait qu'il ne voulait plus être à Phoenix

Il y a quelques semaines, Eric Bledsoe, la star des Suns de Phoenix, lâchait un tweet plutôt étonnant. En substance, celui-ci expliquait tout simplement qu'il ne souhaitait plus être là. Un tweet énigmatique qui a rapidement mis le feu aux poudres. D'autant plus que lorsque ce style de tweet est lâché par un joueur, généralement, il est effacé dans la foulée ou une excuse est invoquée. Ici, rien de tout cela. Si ce n'est qu'il était... chez son coiffeur. Pas de quoi convaincre sa direction qui l'a directement mis à pied et hors de l'effectif.

Dans une impasse totale, la franchise (et le joueur) a cherché une solution pour se débarasser du meneur qui était pourtant l'un des fers de lance des Suns.

Rapidement, les Bucks se sont manifestés car l'idée de l'associer à Giannis Antetokounmpo était savoureuse. Dans un premier temps, les Suns ne s'y étaient pas opposés mais voulaient un package comprenant soit Khris Middleton ou le rookie de l'année dernière, Malcolm Brogdon.

Deux propositions qui n'ont pas vraiment emballé Milwaukee qui a pris le temps de négocier, eux qui n'étaient pas pressés de trouver une solution, contrairement à Phoenix.

Finalement, une solution a été trouvée. Eric Bledsoe prend bien la direction des Bucks alors que ces derniers ne lâchent "que" Greg Monroe et un futur premier tour de draft. Milwaukee conserve donc son ossature et réalise un beau coup. Une fois que tout le monde sera de retour de blessure, le cinq de base des Bucks devrait ressembler à cela: Eric Bledsoe, Khris Middleton, Jabari Parker, Giannis Antetokounmpo et Thon Maker. Avec Malcolm Brogdon en sortie de banc. Sans oublier Matthew Dellavedova et John Henson. De quoi être véritablement compétitif à l'Est.

Pour Phoenix, l'heure est clairement à la reconstruction (via la draft) car les Suns récupèrent encore un pivot (poste qui était pourtant déjà bouché avec Tyson Chandler et Alex Len) dans un effectif qui va encore souffrir à l'Ouest.

© DR