Basket

Golden State a comme largement remporté le premier match de la finale NBA jeudi, mais le grand favori a dû passer par la prolongation (124-114) pour terrasser Cleveland et sa superstar LeBron James, monumental avec ses 51 points.

Pour sa huitième finale consécutive, la neuvième de sa carrière, "King James" n'a pas manqué son entrée.

Il a frappé les esprits par son audace vestimentaire en arrivant à l'Oracle Arena en blazer, bermuda et chaussettes mi-mollets, et surtout par sa prestation surréaliste sur le parquet.

Déjà phénoménal depuis le coup d'envoi des play-offs (34 points par match avant cette rencontre), le N.23 de Cleveland a encore haussé son niveau et a écrit une nouvelle page de sa légende.

Il est seulement le sixième joueur à atteindre les 50 points dans un match comptant pour une finale NBA et s'est offert un nouveau record personnel de points en play-offs.

Et pour relancer l'éternel débat entre ceux qui le présentent comme le meilleur joueur de l'histoire et ceux qui privilégient Michael Jordan, il a égalé le record de 109 matches de play-offs à 30 points et plus du légendaire joueur des Chicago Bulls.

"Il s'est fait voler la victoire" 

"C'est le meilleur joueur du monde, il enchaîne les matches de ce calibre cette saison pour nous, mais il s'est fait voler la victoire, ce n'est pas juste", a regretté son entraîneur Tyronn Lue, très remonté contre les arbitres.

Dans son viseur, la décision des arbitres à 36 secondes de la fin du temps réglementaire d'accorder deux lancers francs à Kevin Durant après recours à l'arbitrage vidéo alors qu'ils avaient initialement estimé que le joueur de Golden State avait fait un passage en force face à LeBron James.

Du côté de Golden State, c'est le soulagement qui l'emportait, car les champions en titre sont passés tout près de la catastrophe.

"C'était un match N.1, c'est toujours particulier, il a fallu se battre jusqu'au bout", a résumé leur meneur, Stephen Curry qui a fini la rencontre avec 29 points.

"On a tellement mal joué durant les deux premières périodes qu'on aurait pu perdre ce match, il va falloir être plus efficace au rebond", a renchéri Shaun Livingston.

Un lancer franc raté de George Hill et un mauvais choix de JR Smith dans les dernières secondes du temps réglementaire leur ont offert une prolongation inespérée (107-107).

Ils ont ensuite surclassé les Cavaliers en prolongation, mais ils ont reçu un sérieux avertissement pour cette quatrième finale de suite entre les deux équipes.

Les Warriors ont couru après le score jusqu'à la pause, car Cleveland, poussé dans ses derniers retranchements au 1er tour contre Indiana (4-3) et en finale de conférence contre Boston (4-3), a pris le meilleur départ.

Violente altercation

Grâce à sa superstar bien sûr, mais aussi ses coéquipiers, pourtant régulièrement critiqués et présentés par beaucoup d'observateurs comme les plus faibles partenaires qu'a jamais eus "King James".

De retour d'un choc à la tête, Kevin Love a marqué 21 points et capté 13 rebonds, mais il a surtout fait passer une mauvaise soirée à Durant, limité à 26 points (8 sur 22 au tir).

Larry Nance junior a ajouté 9 points en 19 minutes, JR Smith et George Hill ont apporté respectivement 10 et 7 points, mais ils ont coûté cher à leur équipe en fin de match et en prolongation.

Cleveland a compté jusqu'à onze points d'avance (51-40) en deuxième période, avant que Golden State n'égalise juste avant la pause (56-56) grâce à un insolent panier à trois points de Stephen Curry.

Comme souvent cette saison, les Warriors ont dominé le 3e quart-temps qu'ils ont terminé avec six points d'avance, mais n'ont pas réussi à lâcher les Cavaliers.

La rencontre s'est terminée dans la plus grande confusion avec une violente altercation entre Draymond Green et Tristan Thompson qui devrait valoir une lourde amende, voire une suspension au pivot des Cavaliers.