Basket

La première équipe qualifiée pour les demi-finales de conférence des playoffs NBA n'est pas Houston, Golden State ou encore Cleveland, mais La Nouvelle-Orléans qui, portée par l'impressionnant Anthony Davis, a balayé Portland quatre victoires à zéro avec un ultime succès 131-123 samedi.

A 25 ans, Davis n'est plus un rookie, mais son expérience en playoffs se limitait jusque-là à quatre matchs perdus au 1er tour en 2015 contre le futur champion, Golden State.

L'intérieur a tiré les leçons de cette déroute et a fait subir le même traitement aux Trail Blazers.

Samedi, survolté, il a marqué 47 points, dont 12 dans les cinq dernières minutes, nouveau record en play-offs pour un joueur des Pélicans.

Sous sa conduite et celle de Jrue Holiday (41 points), "NOLA" a atteint pour la deuxième fois de son histoire le 2e tour des playoffs où elle pourrait retrouver le champion en titre Golden State qui mène trois victoires à zéro face à San Antonio.

Portland n'était pourtant pas a priori un adversaire facile: les Trail Blazers avaient terminé à la 3e place de la Conférence Ouest en enchaînant notamment 13 victoires de suite.

Malgré les efforts de C.J McCollum (38 pts), ils n'ont jamais réussi à inquiéter les Pélicans.

Houston, de son côté aussi, a passé une mauvaise soirée: les Rockets qui ont réalisé la meilleure saison régulière de leur histoire, ont été corrigés (121-105) par Minnesota qui n'avait plus gagné un match de play-offs depuis... 2004.

Houston mène toujours, deux victoires à une, mais le match N.4 aura lieu de nouveau à Minneapolis lundi.

A l'Ouest toujours, Utah a connu une entrée en matière délicate à domicile face à Oklahoma City en accusant jusqu'à 12 points de retard, avant de remporter le match N.3 112 à 105.

Le meneur espagnol Ricky Rubio a relancé son équipe avec ses 26 points et a fini la rencontre avec un triple double (trois catégories de statistiques à dix unités et plus), seulement le troisième pour un joueur du Jazz en play-offs.

Avec Donovan Mitchell (22 pts, 11 rbds), Rudy Gobert (18 pts, 12 rbds) et Joe Ingles (21 pts), Utah qui mène deux victoires à une, a finalement asphixié OKC.

Le "Big Three" du Thunder a encore montré ses limites: Russell Westbrook a été limité à 14 points (5 sur 17 au tir), tout comme Carmelo Anthony, tandis que Paul George a marqué 23 points (7 sur 16).

A l'Est, Philadelphie n'est plus qu'à une victoire du 2e tour: les Sixers ont renversé Miami dans sa salle (106-102) grâce à son prodige Ben Simmons et mènent trois victoires à une.

L'ailier australien de 21 ans a gardé son sang-froid dans un match très musclé, émaillé d'altercations, et a fini la rencontre avec 17 points, 13 rebonds et 10 passes décisives.

Il est le premier rookie depuis 1980 et un certain Magic Johnson à s'offrir un triple double dans un match de play-offs.

"Peu importe les stats, ce qui est important, c'est la victoire, il faut finir cette série", a balayé Simmons en donnant rendez-vous à mardi pour le match N.5 à Philadelphie.