Basket ostende 69 60 charleroi

Les Spirou ont encaissé un douloureux 27-9 dans le dernier quart-temps

OSTENDE Marché de Noël oblige, la Sleuyter Arena était bien garnie hier. Mais les spectateurs présents n’ont pas eu droit à du grand spectacle. Loin de leurs duels épiques joués en finale des playoffs la saison dernière, ce sont deux équipes émoussées par leur calendrier chargé que l’on a vue évoluer.

Le début de partie confirmait que les deux équipes étaient loin d’être à 100 %. Alors que les Carolos ne pouvaient plus compter sur Johnson et Foster, partis prématurément, Ostende de son côté devait se passer de Matt Lojeski, touché aux ischios. Et c’est en mode mineur que se déroulait le premier quart-temps, bouclé sur le score de 14-9. Si Jadin avait trouvé deux fois la distance à trois points, le collectif carolo se montrait beaucoup trop imprécis en zone offensive.

Avec Massot, Riddick et Hamilton au jeu en même temps, la finition n’était pas plus au rendez-vous en début de 2e quart, et Bozzi relançait très vite Beghin et Allen à l’intérieur. Leur volonté, associée au talent de Matt Walsh (déjà en double-double à la mi-temps) permettaient aux Spirou de rester dans le sillage du champion en titre (31-28, 20e).

Dominateur au REBOND, Charleroi se permettait même de passer devant (36-41) des champions en titre très moyens. Disposée en défense de zone, la formation carolo prenait confiance face à des Côtiers qui, eux, doutaient de plus en plus (42-51, 30e). L’absence de Lojeski laissait un gros vide dans les rangs flandriens.

Mais à Ostende, une seule étincelle peut parfois enflammer toute l’équipe. En plantant un titre en ouverture du dernier acte, Djordjevic ne savait certainement pas à ce moment qu’il venait d’allumer la mèche qui allait dynamiter toute l’arrière-garde carolo . En 10 minutes, la formation locale passait un terrible 27-9 à des Spirou déstabilisés par la subite prise de confiance adverse. En basket-ball, tout peut aller très vite et il n’aura suffi que de 10 minutes valables aux Ostendais pour anéantir des Sambriens qui ne méritaient peut-être pas tel scénario.



© La Dernière Heure 2012