Basket

La Belgique a créé l'exploit de battre la Russie, candidate au podium, 75 à 76 après prolongation samedi à Prague lors de la deuxième journée de l'Euro de basket féminin dans le groupe D.

Pour Ann Wauters, il s'agit peut-être de la "plus belle victoire de l'histoire de la Belgique, mais nous n'avons encore rien dans les mains", tempère cependant l'intérieure flandrienne.

La Belgique est en effet certes assurée de disputer au moins un barrage mardi pour accéder aux quarts de finale, son objectif premier, mais le troisième match du groupe contre la Lettonie lundi (12h30) peut offrir encore aux Belgian Cats, la première (directement qualificative pour les quarts de finale), la deuxième ou la troisième place de sa poule.

"C'est peut-être la plus belle victoire de l'histoire du basket féminin, mais il faut rester les pieds sur terre", a commenté l'intérieure flandrienne, 36 ans, auteur de 6 de ses 20 points dans la prolongation. "Cela peut mener vers quelque chose de très spécial, mais pour l'heure nous n'avons encore rien dans les mains. Nous nous sommes rapprochés très forts des quarts de finale, mais nous n'y sommes pas encore. Cette victoire contre la Russie est énorme avec un groupe jeune et enthousiasme avec lequel on peut construire de grandes choses. Il faut en profiter, mais il faut retenir les leçons de ce match. Que ce soit les points positifs et les points négatifs."

La Belgique menait encore de 19 points à 13 minutes de la fin grâce à un début de match euphorique, mais la Russie est venue arracher la prolongation, favorable cependant aux Belgian Cats. "Pour la deuxième fois, le money-time nous sourit, mais il aurait très bien pu nous être défavorable. Cela tourne en notre faveur parce que nous restons lucide et assez mature. Mais comme contre le Monténégro, nous gaspillons l'avantage que nous avons forgé. C'est peut-être là le signe d'une certaine inexpérience encore dans le chef de ce jeune groupe. Il faut encore apprendre à conserver cet écart. Le positif, c'est que cela veut dire que nous avons encore une grande marge de progression."


Mestdagh, coach des Belgian Cats: "un début de match parfait"

Philip Mestdagh, le sélectionneur des Belgian Cats, était aux anges à l'issue de la deuxième victoire de ses filles, en deux matches, à l'Euro de basket féminin, samedi à Prague. La Belgique est en effet venue à bout de la Russie (76-75 après prolongation) pour prendre seule la tête du groupe D.

"Je suis non seulement très fier de mes joueuses pour la victoire, mais aussi pour la manière", a commenté le technicien flandrien. "Nous avons réussi un début de match parfait. Nous savions que la Russie était très forte à l'intérieur et défensivement, nous avons bien joué le coup. J'avais choisi de jouer d'entrée avec Antonia Delaere pour défendre sur Prince. Elle a fait un bon job, même si l'Américaine de la Russie est une très bonne joueuse. Nous avons peut-être été dominés au rebond (59 à 31) mais le pourcentage de réussite en début de match a été incroyable. On a surtout joué vite, on les a prises de vitesse pour mener de près de 20 points (19 pts). Cela dit, nous avons été contraints à la prolongation, mais heureusement l'expérience d'Ann Wauters nous a beaucoup aidé dans les cinq dernières minutes."

Comme face au Monténégro, la Belgique n'a remporté qu'un seul quart temps (en dehors de la prolongation samedi), mais cela suffit aux Belgian Cats pour aligner un deux sur deux après cet exploit contre la Russie qui saluait la performance des Belges. "Leur pourcentage en début de match a été incroyable", s'inclinait Alexander Vasin, le coach russe. "Nous avons dû courir tout le temps derrière le score. Nous n'avons pas réussi à beaucoup marquer, mais c'est de notre faute. Ce n'est pas vraiment leur défense qui était dure, nous n'avons pas fait ce qu'il fallait, tout simplement."

La Belgique jouera lundi (12h30) contre la Lettonie pour la première place du groupe, directement qualificative pour les quarts de finale. En cas de défaite, le résultat de Monténégro/Russie (lundi à 18h00) sera décisif pour le classement final du groupe. Le 2e et 3e disputent un barrage croisé avec le 3e et 2e du groupe C (France, Serbie, Slovénie, Grèce) pour rejoindre les quarts de finale. La Belgique est assurée de disputer au moins le barrage.


Meesseman: "J'étais sûre que l'on pouvait battre la Russie

Emma Meesseman aura réussi une brillante prestation face à la Russie, le pays dans lequel elle joue en club depuis trois saisons, lors de la deuxième journée de l'Euro de basket féminin. L'intérieure flandrienne, 24 ans, a inscrit 23 points dont 16 lors d'une première mi-temps presque parfaite (avec un 7/8 à 2 pts). Ce fut la clé du match pour la joueuse yproise.

"J'avais dit avant le match à l'équipe que nous pouvions gagner. Personne en dehors n'y croyait vraiment, mais nous en interne oui", a expliqué Emma Meesseman samedi à Prague à l'issue d'un succès arraché sur le fil en prolongation face à la Russie (76-75) après avoir mené de 19 points dès la première mi-temps (29-44, 19e). "J'étais sûre que l'on pouvait battre les Russes. Elles ont du talent, mais nous aussi. Et je savais qu'en jouant le match presque parfait, c'était possible de gagner. C'est ce qu'on a fait. Il faut juste encore apprendre que même si l'on mène, longtemps et de beaucoup, ce n'est jamais gagné avant le coup de sifflet final. La Russie est revenue en deuxième mi-temps, mais notre début de match fantastique, cela a été la clé du match je crois. Et le point positif est que nous n'avons jamais paniqué même si la Russie est revenue. Nous sommes restées calme dans la prolongation."

La Belgique est désormais seule en tête de son groupe avec deux victoires en deux matches après un succès sur le Monténégro vendredi. Lundi, une victoire contre la Lettonie offrirait un billet direct pour les quarts de finale jeudi avec un jour de repos en plus mardi. Les Belgian Cats sont de toute façon assurées de disputer le barrage mardi (en terminant 2e ou 3e suivant les résultats de la journée de lundi) pour accéder au top 8.


Vanloo: "on gagne en confiance, mais il faut mieux gérer notre avance"

La Belgique s'est imposée 76-75 après prolongation face à la Russie samedi lors de la deuxième journée de l'Euro de basket féminin à Prague. Les Belgian Cats sont désormais seules en tête du groupe se rapprochant un peu plus des quarts de finale, leur objectif premier.

Julie Vanloo (7 pts, 4 assists en 36 minutes de jeu), la meneuse de l'équipe belge, aura joué un rôle prépondérant dans la victoire des siennes, donnant du rythme et de la vitesse à la formation de Philip Mestdagh, surtout en début de partie. "Cela fait deux fois que l'on commence très bien le match", a commenté l'Ostendaise de 24 ans, qui évoluait cette saison à Ragusa en Italie. "C'est certainement une des clés de nos victoires, parce que, comme le Monténégro vendredi, la Russie perd beaucoup d'énergie à courir après le score pour essayer de revenir et nous on gagne en confiance. Il ne faut rien lâcher ensuite et apprendre à garder notre avance."

La Belgique a mené en effet de 19 points dès la première mi-temps (35-44), un écart qu'elle a conservé jusqu'à la 27e minute (36-55) avant de voir la Russie venir décrocher la prolongation (68-68). "Le début de match a été presque parfait, mais la rencontre n'a pas été parfaite, parce que j'aurais préféré gagner de 20 points et avoir une fin de match un peu plus relax. Mais on est dans un championnat d'Europe, on le sait. Ce seront toujours des matches très disputés. Avec les deux que l'on vient de jouer, on a l'habitude des fins de matches serrées, mais il faudrait éviter de se faire remonter quand on prend l'avantage. Gagner fait du bien, cela évite la frustration. Maintenant, il faut aller au bout. Nous ne sommes pas ici dans la peau d'un petit pays qui vient pour la première fois (pour la plupart d'entre nous) à l'Euro. On veut aller le plus loin possible. Et pour commencer, il faut gagner lundi contre la Lettonie."

Un succès contre les Lettones offrirait en effet aux Belgian Cats un billet pour les quarts de finale. La Belgique est de toute façon assurée d'au moins terminer 2e ou 3e du groupe pour jouer un barrage face au 3e ou 2e du groupe D (France, Serbie, Slovénie, Grèce) pour accéder au top 8.

# Belga context