Cyclisme Deux victoires et des gars qui en veulent : Frédéric Amorison est très satisfait du début de saison de ses coureurs.

L’infirmerie continue de se remplir pour l’équipe WB-Veranclassic-Aqua Protect, mais celle-ci garde le sourire. Elle a réussi son début de saison, avec deux victoires (une étape du Tour de Provence pour Justin Jules et la Drôme Classic pour Sébastien Delfosse), mais aussi avec une présence remarquée sur le week-end d’ouverture. Avec Justin Jules qui a épaté sur le Nieuwsblad en étant l’avant-dernier à suivre le trio Van Avermaet-Sagan-Vanmarcke après avoir pris part à la matinale, et avec Alex Kirsch dimanche à Kuurne.

"C’est mieux qu’espéré, car nous visons surtout de solides résultats à partir du mois de mai", se réjouit le directeur sportif, Frédéric Amorison. "Il y a peu de coureurs ou d’équipes qui ont gagné pour l’instant. Nous, on l’a fait. Nos gars sont bien lancés. D’ailleurs, avec leur état d’esprit et notre spirale positive, nous pouvons gagner le Samyn ! Nous sommes réalistes, nous n’espérions pas gagner samedi, en World Tour, vu le niveau, sur lequel nos coureurs doivent prendre de l’expérience tout en se montrant. Mais sur les classe 1, nous devons performer. C’est ce qu’on vise ce mercredi, sur une épreuve qui est devenue une petite flandrienne. Sur les pavés, c’est simple : il faut de la force. Mais aussi de la chance."

L’équipe compte un ancien vainqueur du Samyn, Maxime Vantomme, mais aussi Kevyn Ista, qui s’y est déjà classé deux fois deuxième. "Mais c’était sur l’ancien parcours, c’est désormais différent, mais nos gars sont motivés", continue Amorison. "Samedi, ils étaient très déçus. Maxime avait d’excellentes sensations mais est tombé. Ista était à côté de Gilbert quand a été tassé au pied du Molenberg. Dans le bus, j’ai vu des gars frustrés, déçus. C’est une bonne mentalité, ils en veulent."

Comme ce Justin Jules , qui sera aligné ce mercredi. "Pourtant, lui, il rêve de courses dures, de la Flèche Wallonne, mais il s’est bien illustré sur les pavés", ajoute Frédéric Amorison. "N’oublions pas qu’il s’est déjà classé deuxième à Nokere ! Justin progresse énormément en ce début de saison. Il a déjà trente ans, mais n’a jamais eu un gros programme d’entraînement avant. Nous l’avons pris en main et on voit que cela commence à bien fonctionner. Sur le Tour de Provence, il était meilleur jour après jour. Au Nieuwsblad, il était encore meilleur. À ce rythme-là, cela peut devenir très intéressant. D’ailleurs, pas mal de gars d’équipes françaises ont été surpris par son niveau en ce début de saison et nous ont demandé comment on avait pensé à lui…"