Cyclisme

Après la Flèche Brabançonne mercredi, le peloton cycliste va prendre la direction des Pays-Bas pour y disputer dimanche la 53e édition de l'Amstel Gold Race, premier volet du triptyque ardennais.

L'année dernière, Philippe Gilbert s'était imposé devant Michal Kwiatkowski, signant un quatrième succès dans le Limbourg néerlandais. Si le Rémoucastrien veut égaler le Néerlandais Jan Raas et ses 5 victoires, il devra battre des pointures comme Peter Sagan, Alejandro Valverde, Michael Matthews, Sonny Colbrelli ou encore les Belges Tim Wellens, Greg Van Avermaet et Tiesj Benoot. "Ce serait fantastique de s'imposer", a ouvert Gilbert, vainqueur en 2010, 2011, 2014 et 2017. "Si l'occasion se présente, je ne la laisserai pas filer mais je dois être honnête, je suis déjà très heureux d'avoir pu lever les bras à quatre reprises à l'Amstel Gold Race, le tout sur trois parcours différents. J'aime cette course car étant jeune, je me suis beaucoup entraîné dans la région. Je connais les routes par cœur, ce qui est évidemment un avantage. De plus, j'affectionne particulièrement ces courtes ascensions."

Outre Gilbert, Quick-Step Floors pourra compter sur le Français Julian Alaphilippe, très en vue au Tour du Pays basque où il a remporté deux étapes.

L'année dernière, le parcours a été modifié pour rendre la course plus attirante. Le Cauberg, habituel juge de paix de l'épreuve, sera l'antépénultième difficulté au programme ce dimanche. "Cette année, nous avons opté pour des routes plus étroites afin de compliquer la tâche du peloton", a expliqué Leo Van Vliet, organisateur de la course. "Nous voulons donner la possibilité aux attaquants de s'illustrer."

Avec de nombreux favoris au départ, la course s'annonce ouverte et palpitante. En effet, le champion du monde slovaque Peter Sagan, de retour après 4 ans d'absence, mais aussi l'Espagnol Alejandro Valverde ou encore le Polonais Michael Kwiatkowski, vainqueur en 2015, auront leur mot à dire. Du côté belge, Greg Van Avermaet, Dylan Teuns, Tim Wellens et Tiesj Benoot pourraient également s'illustrer. L'Australien Michael Matthews, le Français Bryan Coquard et l'Italien Sonny Colbrelli sont à ranger parmi les outsiders.

Philippe Gilbert prendra le départ avec l'ambition de s'imposer.

"Comme toujours, je prendrai le départ avec l'ambition de m'imposer mais cette 5e victoire ne me préoccupe pas plus que ça. Ce sont de belles statistiques à admirer en fin de carrière mais, actuellement, je suis concentré sur la course", a déclaré Gilbert vendredi lors d'une conférence de presse à Lanaken, où se prépare son équipe.

Cette année, Gilbert a souvent affiché le hashtag "strive for five" sur les réseaux sociaux, en référence à sa quête de remporter Milan-Sanremo et Paris-Roubaix, les deux Monuments qui manquent à son palmarès. Déjà vainqueur du Tour des Flandres, de Liège-Bastogne-Liège et du Tour de Lombardie, il n'y est pas parvenu, terminant 75e à Sanremo et 15e dans le Nord.

"J'ai tout tenté mais malheureusement, la barre était très haute et j'ai été un peu court. C'est dommage mais c'est le sport. Je suis désormais tourné vers les courses futures", a ajouté le champion du monde 2012. "J'ai bien récupéré de Paris-Roubaix, je suis prêt pour dimanche. Le parcours a été un peu modifié dans le final, il sera plus compliqué de contrôler la course, je m'attends donc à une belle bagarre."

Outre Gilbert, l'équipe belge WorldTour pourra compter, entre autres, sur Pieter Serry, 4e à la Flèche Brabançonne, le Néerlandais Niki Terpstra, vainqueur du Tour des Flandres, et le Français Julian Alaphilippe, impressionnant de facilité au Tour du Pays basque où il a remporté deux étapes. "Julian est dans une forme incroyable. Nous avons une très bonne équipe au départ, avec laquelle je n'ai pas encore beaucoup roulé cette saison. Nous espérons pouvoir nous imposer car l'Amstel Gold Race demeure une des plus belles courses de l'année."