Cyclisme

La formation kazakhe se sépare du coureur allemand, "dopé" à la testotérone


BERLIN La formation cycliste Astana a annoncé vendredi qu'elle avait mis un terme avec effet immédiat au contrat du coureur allemand Matthias Kessler après que la contre-expertise a confirmé son recours à la testostérone.

"Astana a reçu ce matin la confirmation que l'échantillon B de Matthias Kessler présente également un taux anormalement élevé de testostérone. Cette deuxième preuve condamne définitivement le coureur allemand et il est donc licencié de l'équipe Astana avec effet immédiat", a indiqué la formation basée en Suisse.

L'Allemand de 28 ans avait fait l'objet d'un contrôle antidopage inopiné en avril à la veille de la Flèche Wallonne, classique belge dont il avait pris la 4e place.
Il avait été suspendu à titre provisoire par Astana fin juin après l'annonce de son contrôle positif.

Selon le règlement antidopage de l'Union cycliste internationale (UCI), Kessler qui a également pris cette saison la 4e place de l'Amstel Gold Race, est passible d'une suspension de deux années.

Arrivé en 2007 au sein de l'équipe Astana en provenance de la formation allemande T-Mobile, Kessler proteste depuis fin juin de son innocence, en affirmant que "ce résultat était inexplicable".

Selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, le rapport testostérone/épitestostérone de l'échantillon B s'est établi à "un niveau incroyablement élevé", à 85 alors qu'il y a anormalité lorsque la valeur est supérieure à 4.