Cyclisme

Jan Bakelants (RadioShack-Leopard), 27 ans, qui portait le maillot bleu clair de l'équipe nationale belge pour la circonstance, a piégé le Français Thomas Voeckler (Europcar), très déçu, mercredi à l'arrivée du Grand Prix de Wallonie cycliste (catégorie 1.1, 203,1 km) au sommet de la Citadelle de Namur.

Notre compatriote et Voeckler avaient auparavant très légèrement distancé leur compagnon d'échappée suisse Mathias Frank (BMC), 3-ème, dont le chef de file Philippe Gilbert a fini 10-ème.

A priori moins rapide au sprint que l'ancien porteur du maillot jaune, Bakelants a surpris celui-ci dans le dernier virage.

Le Français Florian Vachon (Bretagne-Séché Environnement) et le Polonais Michal Kwiatkowski (Omega Pharma-Quick Step) ont pris les 4-ème et 5-ème places. Zico Waeytens (Topsport Vlaanderen - Baloise) est 7-ème.

Bakelants succède au Français Julien Simon, 9-ème mercredi, au palmarès de l'épreuve.


Bakelants: "Je serai au service de Philippe Gilbert à Florence"

Après sa victoire au Grand Prix de Wallonie, mercredi à Namur, Jan Bakelants a commenté son prochain rôle au sein de l'équipe nationale au championnat du monde de Florence (29/09), confirmant qu'il se mettrait au service de son leader Philippe Gilbert, 10-ème à la Citadelle de Namur.

"A Florence, je veux courir comme au Grand Prix de Wallonie et rester tranquille jusqu'à trois tours de la fin où, j'espère, j'aurai la liberté d'ouvrir la course. Je veux toutefois rester réaliste car le peloton du Grand Prix de Wallonie n'est pas celui du championnat du monde. Pour moi, Philippe Gilbert reste le numéro un belge en Italie. C'est un garçon que j'apprécie. J'ai couru avec lui. Je veux vraiment donner le maximum pour lui."


Un contrat avant les Mondiaux?

Toujours en attente de contrat pour 2014, après l'arrêt en fin 2013 de son équipe actuelle Radioshack-Leopard-Trek et la naissance d'une nouvelle étiquette "Trek" dès 2014, Jan Bakelants souhaite que le dossier soit réglé avant le "mondial" de Florence.

"La saison prochaine est toujours un problème en ce qui me concerne. J'avais d'ailleurs comme un sentiment de revanche mercredi au Grand Prix de Wallonie. Je voulais montrer ce que je suis vraiment capable de faire. On oublie un peu vite que j'ai gagné une étape du Tour de France avec la manière (2-ème étape Bastia-Ajaccio). Je trouve que je peux être payé pour cela, pas trop, mais correctement. Mais la situation reste difficile. Si c'est possible, je voudrais rester chez Trek en 2014 mais j'aimerais bien aussi aller dans une équipe belge, soit Omega Pharma-Quick Step, soit Lotto-Belisol. Je veux en tous cas que les choses se débloquent vite. Avant le championnat du monde," a insisté l'ex-maillot jaune du Tour de France 2013.