Cyclisme

Le coureur italien a détaillé les méthodes du sulfureux Docteur devant la justice

Suspendu depuis le mois de juin, l’Italien Leonardo Bertagnolli a raconté les méthodes de dopage organisé par le Docteur Michele Ferrari dans une déposition devant la justice italienne publiée par la Gazzetta dello Sport de vendredi.

Ferrari est appelé “l’inspirateur occulte” du système de dopage dans le rapport de l’entretien avec Bertagnolli, réalisé le 18 mai 2011 par le procureur Benedetto Roberti, écrit le quotidien sportif.

En juillet 2007 “à Saint-Moritz, Ferrari m’a parlé d’érythropoïétine (EPO)” , a raconté le coureur, suspendu en juin par l’Union cycliste internationale pour variation suspecte des valeurs sanguines sur le passeport biologique. Le Docteur Ferrari “m’a dit de le faire en petites doses de 1.000 unités par jour en intraveineuse. […] Il m’a expliqué les modalités d’absorption de l’EPO pour ne pas être contrôlé positif. J’ai vu Ferrari jusqu’à fin 2010” , a encore précisé Bertagnolli.

Le coureur italien a également cité “de nombreux collègues de la Liquigas (sa formation italienne) qui allaient chez Ferrari, et l’équipe le savait : Franco Pellizotti, Roman Kreuziger (NdlR : qui rejoindra l’équipe Saxo Bank la saison prochaine), Enrico Gasparotto (NdlR : le vainqueur du dernier Amstel Gold Race), Francesco Chichi.”

La Liquigas a répondu dans un communiqué qu’elle “dément l’affirmation selon laquelle l’équipe autorisait la fréquentation du Docteur Ferrari” et affirme que face aux “anomalies des valeurs (sanguines)” de Bertagnolli en 2008, elle a “limité au minimum syndical sa présence en courses” .

Bertagnolli, 34 ans, a notamment gagné une étape du Tour d’Espagne (2005), une étape du Tour d’Italie (2009), et la Classique de San Sebastian en 2007.



© La Dernière Heure 2012