Cyclisme

Ceux qui n'ont pas participé au Tour vont profiter de cinq étapes musclées pour se relancer

TUBIZE Comme l'an passé, le champion du monde Paolo Bettini sera au départ du Tour de Wallonie. Et il ne sera à nouveau pas la seule vedette ce samedi, à Tubize, pour le lancement de cette course par étapes qui continue de jouer son rôle de relance pour tous les coureurs qui n'ont pas participé à la Grande Boucle. Comme Tom Boonen, absent sur les routes françaises pour les raisons que l'on sait, Nick Nuyens, Rik Verbrugghe, Greg Van Avermaet, Jurgen Van Den Broeck ou encore Kolobnev, le vice champion du monde.

Tous ont pour objectif la seconde partie de la saison et certains pensent surtout aux JO, comme Van Den Broeck, les vététistes Nys et Meirhaeghe ou les pistiers Keisse ou De Ketele. Et bien évidemment Paolo Bettini, qui défendra son titre dans quelques semaines à Pékin. "Ma préparation continue de bien se passer et ma présence sur le Tour de Wallonie est uniquement axée dans ce but ", a déclaré le sympathique Toscan.

Très en verve ces derniers temps, puisqu'il vient de remporter une étape du Tour d'Autriche et le Trofeo Matteotti, l'arrivée de la 2e étape, au sommet de la Citadelle de Namur, (qu'il connaît bien, puisqu'il était venu reconnaître en mai 2006 cette montée de deux kilomètres dans la perspective du Tour d'Italie) devrait lui convenir à merveille.

"Connaissant son tempéramment, il ne se privera quand même pas de faire la course, même s'il a les Jeux Olympiques en tête", ajoute Alessandro Tegner, le porte-parole de la formation Quick Step. "A priori, il ne part pas avec l'idée de remporter le Tour de Wallonie, comme il l'avait fait en 2002. Mais avec lui, on ne sait jamais..."

Surtout que mis à part la première étape, aujourd'hui, entre Tubize et Soignies, qui devrait être la seule susceptible de se terminer par un sprint massif, ce Tour de Wallonie s'annonce très sélectif.

Tom Boonen devra donc saisir l'occasion à Soignies, aujourd'hui en fin d'après-midi. Sauf s'il décide de se mettre au service du jeune Wouter Weylandt, qui a décidé de rester chez Quick Step l'an prochain.



© La Dernière Heure 2008