Cyclisme Les favoris sont attendus sur les pentes de l’Etna, pour la première arrivée au sommet.

C’est le premier test d’envergure du Tour d’Italie. La première arrivée au sommet. Qui arrive dès la quatrième étape. Et au lendemain d’une journée de repos (la première des trois que comporte cette édition, comme dans la configuration d’un Grand Départ lointain). Ce qui représente toujours un danger pour les coureurs. Pour son arrivée en Sicile, après un Grand Départ réussi sur les très jolies routes de Sardaigne, le Giro va s’attaquer à un géant. À un incontournable du paysage de l’île italienne : l’Etna.

Ce qui promet une entrée en matière explosive sur ce volcan, toujours en activité et qui s’est d’ailleurs réveillé en mars, avec plusieurs éruptions impressionnantes. Si le cratère sommital culmine à 3250 mètres, l’arrivée sera jugée moins haut, au refuge Sapienza, le point le plus élevé de la route, à 1892 mètres. "C’est une réelle montée, un vrai col, prévient Vincenzo Nibali, qui voudra répondre présent, lui qui arrive sur son île natale. C’est évident, il s’y passera quelque chose, c’est le premier grand test. Ce ne sera sans doute pas décisif, mais on pourra voir où en sont tous les prétendants pour le classement général."

L’Etna n’a accueilli le Giro qu’à quatre reprises. En 1967 (succès de Franco Bitossi), en 1989 (victoire d’Acacio da Silva) et en 2011, quand Alberto Contador s’y était imposé en solitaire, posant les bases de sa victoire finale, dont il a été déclassé à la suite de l’affaire qui porte son nom. "Mais ce n’est pas la même route, c’est plus dur", prévient Vincenzo Nibali, qui aimerait arriver avec le maillot rose sur le dos, mercredi, pour l’arrivée dans sa ville d’origine, Messine.

Cette ascension de l’Etna, qui sera précédée d’un autre col, propose des passages à 12 %, à la moitié d’une montée longue de près de vingt bornes. Pour une pente moyenne de 6 % et un dernier kilomètre jugé comme roulant. Ce qui fait dire à Fernando Gaviria, l’actuel leader de l’épreuve, que c’est son coéquipier Bob Jungels qui lui prendra son maillot rose ce mardi.