DH Challenge Philippe Gilbert Baptiste et Lucien progressent ensemble sur le vélo, dans des catégories différentes

Le cyclisme est souvent une affaire de famille. La passion de ce sport se transmet de génération en génération, mais aussi entre frères et sœurs. C’est le cas notamment des frères Yates, qui font l’actualité du cyclisme international. Mais c’est le cas aussi des Snoeks, plus près de chez nous.

Avec Baptiste qui fait de la compétition cycliste chez les 14 ans, catégorie dans laquelle il cumule les podiums, et avec Lucien, qui évolue chez les juniors et qui a eu lui aussi les honneurs des podiums.

"Nous progressons bien ensemble", sourit Lucien Snoeks, affilié, comme son frangin, à Marchovelette. "Quand nous avons commencé, c’était vraiment compliqué. Nous étions tous les deux lâchés. Mais nous avons pris le temps de progresser, d’abord en terminant nos courses, avant de finir dans le peloton." Et désormais en allant chercher des résultats. "Nous avons pris confiance, et ces bons classements nous motivent", ajoute Lucien Snoeks.

Comment ont-ils commencé ? "Notre papa est cyclo et, en 2013, il a effectué un long voyage à vélo entre Nivelles et le nord de l’Italie", se rappelle Lucien. "Mon petit frère avait un peu pédalé avec lui lors de la première étape, et je l’avais également accompagné. C’est là que notre passion pour le cyclisme a commencé. Baptiste a débuté avant moi. Et je l’ai suivi ensuite. Deux coureurs dans des catégories différentes dans une famille, ce n’est pas simple pour les parents, car les courses n’ont pas lieu au même endroit. Et nous sommes contents de les remercier de leur investissement pour nous en allant chercher des résultats."

Baptiste en espère ce week-end, lors des deux manches finales du Championnat de Wallonie des juniors, à Othée samedi et à Boneffe, dimanche, dans le cadre du Grand Prix Olivier Kaisen.