Cyclisme Selon le journal Le Monde, le champion Christopher Froome serait écarté du Tour de France par les organisateurs.

Selon des infomations parues dimanche matin sur le site du quotidien Le Monde, Amaury Sport Organisation (ASO), propriétaire du Tour de France, a interdit, par courrier, à l'équipe Sky d'aligner Chris Froome sur l'épreuve, pour protéger son image, en raison de la procédure pour dopage ouverte à son encontre. Le coureur britannique de 33 ans est le tenant du titre et récent vainqueur du Tour d'Italie.

Froome est en principe autorisé à courir tant que son cas de contrôle anormal au salbutamol, ouvert en septembre 2017, n'est pas tranché.

L'organisateur s'appuie toutefois sur l'article 28 de son règlement qui, conformément au règlement de l'Union cycliste internationale (UCI), "se réserve expressément la faculté de refuser la participation à - ou d'exclure de - l'épreuve, une équipe ou l'un de ses membres, dont la présence serait de nature à porter atteinte à l'image ou à la réputation d'ASO ou de l'épreuve".

L'équipe Sky a fait appel devant la chambre arbitrale du Comité national olympique du sport français (CNOSF) et défendra son cas mardi 3 juillet, à partir de 9 heures. La décision devrait être communiquée le lendemain.

Un deuxième recours est théoriquement possible devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), mais la probabilité qu'il puisse se prononcer avant le départ du Tour de France est très faibke, d'autant plus que la décision motivée des arbitres du CNOSF ne devrait pas être disponible dans l'immédiat.

Samedi en toute fin de soirée sur le site de l'Equipe, le directeur du Tour Christian Prudhomme s'était déclaré "consterné" à l'idée de voir le vainqueur du Tour d'Italie au départ de la Grande Boucle, le 7 juillet prochain en Vendée.

"Mais juridiquement il le peut", avait-il reconnu.

Chris Froome a remporté le Tour de France en 2013, 2015, 2016 et 2017.

L'Union cycliste internationale promet une décision concernant Froome avant le départ

L'Union cycliste internationale (UCI) s'exprimera sur le cas Chris Froome avant le départ du Tour de France samedi de Vendée, a indiqué dimanche son président David Lappartient, après l'annonce par le journal Le Monde de la récusation du Britannique par les organisateurs de l'épreuve.

"On a ici pour l'instant une fuite du journal Le Monde. J'ai toujours dit que nous ferions connaître la position générale de l'UCI avant le Tour, ce sera le cas. Il part samedi prochain, donc on s'exprimera dans le courant de la semaine", a déclaré le Français David Lappartient à Mantes-la-Jolie, près de Paris, en marge des Championnats de France.

Chris Froome, quadruple lauréat du Tour de France (2013, 2015, 2016, 2017), a fait l'objet d'un contrôle antidopage "anormal" lors de la Vuelta-2017 en septembre dernier.

Une procédure a été ouverte à son encontre mais, selon le règlement, le Britannique est autorisé à courir en attendant la décision finale du Tribunal antidopage de l'Union cycliste internationale (UCI), en raison de la nature de la substance en cause (salbutamol).

Les organisateurs du Tour de France (ASO) ont la possibilité de récuser un coureur sur la base de l'article 29 du règlement du Tour, qui permet de refuser la participation à une équipe ou un de ses membres dont la présence serait de nature à porter atteinte à l'image ou la réputation de l'épreuve.

La décision finale revient à la Chambre arbitrale du sport (CAS) du comité olympique français qui doit tenir audience mardi pour une décision à rendre le lendemain.

"Quand bien même il y a une fuite ou une information qui découle d'un journal, je ne vais pas la commenter aujourd'hui", a ajouté le président de l'UCI.