Cyclisme Pour Chris Froome, comparer les époques n’a pas de sens.

Si Eddy Merckx avait confessé, lors de la dernière édition du Tour de France, ne pas avoir vibré devant les performances de Christopher Froome, le coureur britannique juge le parallélisme entre les époques bien trop boîteux.

Vous comptez désormais quatre succès sur la Grande Boucle. Pensez-vous pouvoir un jour dépasser les recordmen Anquetil, Merckx, Hinault et Indurain avec leurs cinq succès ?

"N’allez pas trop vite, je dois d’abord les égaler ! (sourire) Je sais à quel point il est difficile de monter sur la plus haute marche du podium sur les Champs-Élysées et je n’atteindrai peut-être jamais les cinq victoires. J’ai savouré chacun de mes succès sur le Tour. La carrière d’un coureur est tellement fragile... Une chute peut mettre un terme à vos ambitions en une seconde à peine. Je voudrais continuer à courir cinq ou six saisons et je verrai où cela me portera."