Cyclisme Le Dauphiné est pourtant plus qu’une rampe de lancement au Tour de France.

Dans une semaine, un nouveau coureur inscrira son nom au palmarès du Critérium du Dauphiné, puisque la 70e édition, qui s’élance aujourd’hui de Valence, dans la Drôme, ne recense aucun des anciens vainqueurs parmi les 153 partants.

En l’absence de Chris Froome, lequel focalise bien sûr les discussions, deux de ses équipiers pourraient profiter du prologue tracé à Valence (6,6 km), Geraint Thomas et Michal Kwiatkowski. Pour le tandem de la Sky, il conviendra ensuite d’engranger également lors du chrono par équipes proposé mercredi (sur une distance équivalente à celle qui sera au programme au Tour de France, à Chôlet, le lundi 9 juillet).

Car ensuite, c’est dans les montagnes que sera désigné le successeur de Jakob Fulgsang. Celui-ci, à l’image de plusieurs autres vedettes (Porte, Landa, Quintana…), a préféré cette année disputer le Tour de Suisse. Car, il y a cette année, en raison de la Coupe du Monde de foot, face à laquelle le Tour ne veut pas entrer en concurrence, une semaine de plus entre l’arrivée du Dauphiné et le départ de la Grande Boucle. Difficile dès lors, voire impossible, d’être déjà en forme pour s’imposer cette semaine et conserver la condition jusqu’à la fin juillet, dans deux mois !

Néanmoins, en plus du tandem de la Sky précité, de Pello Bilbao (6e du Giro) et de Marc Soler, le vainqueur de Paris-Nice, qui ne disputeront pas la course au maillot jaune, les têtes d’affiche de ce mini-Tour de France en région Rhône-Alpes se nomment Romain Bardet, Vincenzo Nibali, Dan Martin, Adam Yates, Bob Jungels ou Ilnur Zakarin. Après avoir observé généralement un long stage en altitude, tous voudront se tester en vue du rendez-vous de juillet et, au passage, gagner une étape.

Quatre d’entre elles, les dernières, se terminent chacune sur un sommet des Alpes. Où plusieurs de nos compatriotes, comme Tiesj Benoot, Thomas De Gendt, Xandro Meurisse ou Serge Pauwels, espèrent eux aussi briller durant la semaine.