Cyclisme Le magnifique circuit de la Citadelle accueille la 6e manche de la Coupe du Monde.

Après la disparition de l’épreuve de Francorchamps, celui de Namur reste malheureusement le seul cyclo-cross majeur disputé en Wallonie.

Le difficile et spectaculaire circuit de la Citadelle accueille ce dimanche la 6e des neuf manches de la Coupe du Monde que domine, évidemment, Mathieu Van der Poel. Le cannibale du moment (18 succès en 22 courses depuis l’entame de la saison) avait enlevé les quatre premières manches avant de céder le pas lors de la dernière, à Zeven, en Allemagne, où le champion d’Europe et des Pays-Bas avait connu des soucis.

Wout Van Aert en avait profité pour prendre victorieusement le relais de son grand rival. Après trois semaines (Van Aert a manqué deux week-ends pour effectuer un stage en Espagne), les deux hommes, qui se sont retrouvés ce samedi à Anvers pour un nouveau match aux couteaux enlevé au finish par le Néerlandais, seront encore les grands favoris dans la capitale wallonne. Où Mathieu Van der Poel peut réussir la passe de trois alors que son adversaire cherchera à s’y imposer enfin chez les élites (Van Aert a gagné deux fois à Namur, chez les moins de 23 ans).

Le tracé, qui l’an passé nous avait offert un terrible duel entre le Néerlandais et le Belge, distancé dans les tout derniers hectomètres, a connu une modification majeure. À la suite de travaux sur la célèbre esplanade de la Citadelle. La zone d’arrivée a déménagé pour laisser place au parc des coureurs et au poste matériel dont l’espace sera occupé prochainement par le pavillon belge de l’Expo de 2015 à Milan. L’arrivée se fera du coté Sambre comme lors de la première édition, enlevée, il y a huit ans, par Niels Albert, directeur sportif de Wout Van Aert.

"La zone d’arrivée va déménager et la direction de la course à l’arrivée est également changée", explique Erwin Vervecken, l’organisateur. "Pour le reste, tout est semblable. La partie ‘offroad’n’est en rien modifiée. Tous les ingrédients qui ont fait le succès du Soudal Classics Namur sont conservés."

Ce qui pourrait permettre de battre, comme l’an passé, le record de spectateurs. Les organisateurs espèrent attirer entre 5 et 6.000 spectateurs.

Enfin, ce duel tant attendu !

Van der Poel a encore gagné, mais Van Aert lui a tenu la dragée haute jusqu’au bout de la course.

"J’ai bien vu que Wout était revenu plus fort d’Espagne !"

On pourrait croire que rien n’a changé, puisque Mathieu Van der Poel s’est imposé ce samedi pour la dix-huitième fois de la saison, et pourtant, le Néerlandais a dû s’employer jusqu’au bout pour venir à bout de son éternel rival Wout Van Aert. Le stage que ce dernier à effectué à Calpe durant près de deux semaines a manifestement porté ses fruits car, pour la première fois de la saison, le double champion du monde a fait jeu égal avec celui d’Europe et des Pays-Bas qu’il n’avait battu jusqu’alors que lorsque VDP était victime d’ennuis mécaniques ou de malchance.

Ceux-ci ont à nouveau offert des rebondissements dans cette cinquième manche du Trophée AP Assurances, disputée sur les bords de l’Escaut, à Anvers. Tant Van der Poel, chute dans le 1er tour puis crevaison, que Van Aert, chute dans le 4e tour et une crevaison pour lui aussi, ont connu des soucis qui les ont contraints, l’un comme l’autre à des courses poursuites dont ils se sont acquittés avec succès tour à tour.

Au point que, pour le plus grand plaisir du public, les deux hommes ont effectué de concert les deux derniers des dix tours.

"Nous nous sommes vraiment battus l’un contre l’autre jusqu’au bout et c’est vraiment sympa", avouait le coureur de Beobank-Corendon qui portant une ultime accélération à quelques hectomètres de la ligne. "J’ai fait ça au feeling, je pensais que ça allait se jouer au sprint, mais après un long passage de course à pied, j’ai sauté plus rapidement que Wout sur mon vélo et j’ai vu que j’avais pris une petite avance, alors j’ai décidé de continuer."

Van der Poel a conservé son avantage jusqu’au bout, privant Van Aert d’un cinquième succès cette saison. Mais l’Anversois était satisfait cependant.

"Ça fait plaisir de pouvoir à nouveau lutter contre Mathieu à armes égales", souriait le coureur de Crélan-Charles. "Cela faisait longtemps que cela ne m’était arrivé. Je suis revenu d’Espagne avec de bonnes sensations. Je voulais aborder le sprint dans sa roue et je me pensais à l’abri, mais Van der Poel peut faire la différence n’importe où et quand…"