Cyclo-cross À la veille du cyclo-cross de Namur, Roland Liboton ne croit pas que Van Aert puisse inverser la vapeur en deuxième partie de saison.

Roland Liboton vit des temps difficiles. Le quadruple ancien champion du monde s’est déchiré le tendon d’Achille en assistant à la course de Hamme. Opéré, le Brabançon ne peut se déplacer depuis lors qu’à l’aide de béquilles. Il reste un observateur attentif de la saison de cyclo-cross qu’il évoque avant la manche de Coupe du Monde de Namur, dimanche.

L’écart entre Van der Poel et Van Aert va-t-il se réduire en cette seconde partie de saison ?

"Je ne crois pas. Je pense que pour Wout va être très dur et difficile. Mathieu est si fort, si bon qu’il n’y a rien à faire. Jusqu’à présent, il domine la saison."

Van Aert a commis des erreurs ?

"En choisissant de se focaliser aussi sur la route, il a ajouté de la pression et des courses à son calendrier. C’est un choix."

Vous ne pensez donc pas que la condition de Van der Poel va fléchir en janvier, notamment pour le Mondial ?

"Non. Il a une base solide, s’il ne tombe pas malade, ce que je ne lui souhaite pas, il va rester aussi fort. En plus, Adrie (NdlR : le père de Mathieu Van der Poel) connaît suffisamment la musique."

S’il continue, le Néerlandais va conquérir une série de succès exceptionnelle. Il en est déjà à dix-sept, il lui en reste entre quinze et vingt à courir.

"C’est possible (il rigole) . Lors de ma meilleure saison, en 1983-84, je crois, j’avais gagné 32 cross. Il est dans la moyenne, mais 17, ce n’est pas encore 32 !"

Les cyclo-crossmans belges souffrent pour le moment.

"C’est vrai. Je trouve ça bien que les Belges soient remis à leur place. Il faut reconnaître que dans toutes les catégories, les Hollandais nous dominent en largeur. Il n’y a pas que Van der Poel…"

Heureusement, il y a Cant !

"En effet, Sanne domine, mais Marianne Vos arrive. Et d’autres… Ce qui est remarquable, c’est que les courses des femmes sont plus spectaculaires que celles des hommes depuis deux mois."

Que pensez-vous du circuit de Namur ?

"Il est fantastique ! C’est un des plus durs et plus beaux de toute la saison. Il faut être technicien, avoir de l’audace, être un acrobate, se jouer du dévers, surtout qu’il risque d’être particulièrement boueux. Il faut aussi avoir beaucoup de force et de puissance et pouvoir courir en côte. C’est vraiment un parcours complet !"

"Mes jambes de l’an passé"

Après un stage de douze jours en Espagne, Wout Van Aert revient en compétition. Ce samedi, il sera à Anvers, une course comptant pour le Trophée AP Assurances et, surtout, à Namur le lendemain. "Deux semaines sans courir, c’est long", avoue le double champion du monde. "Ce stage m’a fait du bien, j’espère que cela va se traduire dans les labourés. Si, jusqu’ici, cela s’était bien passé, ce serait simplement la deuxième partie de ma saison. En fait, c’est comme un nouveau départ, même si on a un peu dramatisé mes résultats. Je n’ai jamais nié que je n’avais pas répondu à l’attente, mais je n’ai pas non plus été aussi mauvais qu’on a bien voulu le dire. J’espère être plus constant au cours des prochaines semaines. L’an dernier, j’avais été très bon à Namur. J’espère retrouver ce week-end mes jambes de l’an passé."