Cyclisme La championne de Belgique estime le tracé trop dur pour elle.

Elle figure parmi les meilleures du monde, mais Jolien D’Hoore ne s’estime pas favorite pour le Mondial des dames élites, qui a lieu ce samedi. La championne de Belgique estime le tracé trop dur pour elle.

Un avis qu’elle s’était forgé lors de sa visite de reconnaissance au printemps, et qui a été renforcé cette semaine par ses tours de roues sur le tracé norvégien. Son impression a d’ailleurs été confortée par le déroulement des deux premières courses sur le circuit de Bergen, puisqu’il n’y a pas eu de sprint : l’Italienne Pirrone s’est imposée en solitaire chez les dames juniors et un duo a joué la victoire chez les hommes espoirs (même si le peloton était sur leurs talons).

Mais elle ne part pas battue d’avance. "Ce sera donc sans doute trop usant pour moi, commente la sprinteuse belge. Mais la course doit encore se dérouler… On verra, j’espère malgré tout résister et être encore là dans le final."

Dans lequel on retrouvera certainement l’armada néerlandaise, qui domine la saison, dont Annemiek Van Vleuten, qui vient de s’offrir le titre de championne du monde du chrono, mais aussi Anna Van der Breggen, sans oublier les Wild, Blaak, Brand, Van Dijk ou l’ancienne triple championne du monde Marianne Vos.